3 remarques avant les vacances

Un petit billet rapide à quelques jours des vacances. J’ai 3 infos: Je veux parler de livres à lire cet été, d’un super projet à soutenir ce weekend et de notre formation gratuite à la prédication qui est désormais dispo gratuitement sur YouTube:

1. Quelques livres pour cet été

L’année dernière j’ai proposé 8 livres pour rythmer vos vacances d’été. A mon regret, je n’ai pas lu assez de livres pour écrire une liste cette année. Mais si tu n’as pas encore lu toute la liste de l’année dernière, profite de cet été!

2. Soutenez les 24 heures pour les Intouchables

L’objectif est de lever assez de fonds pour payer la scolarité de 42 enfants intouchables. Je suis tout particulièrement fier des personnes derrière le projet parce qu’il doit avoir une dizaine de Kapitaniuk dans les 13 équipes de cyclistes qui courent. Ils cherchent 13 000€ et à 3 jours du top départ, ils sont arrivés à la moitié de l’objectif.

3. Comment préparer ses prédications comme un chef: les vidéos

Les 4 vidéos de formation et les 2 vidéos bonus sont sur YouTube. Florent Varak a condensé 25 ans d’expérience en 4 heures d’enseignement. Profitez-en, c’est absolument gratuit. Tout ce qu’on demande c’est que vous partagez l’info à autant de monde que possible si vous en avez profité. On espère que ça pourra servir aux églises qui veulent former leurs prédicateurs.

Reçois la Bible sans numérotation de versets et chapitres!

Disciplines spirituelles light

Un cadeau créé par l'équipe TPSG avec la traduction Segond 1910!

Zéro spam. Promis! Powered by ConvertKit

Stéphane Kapitaniuk

Disciple de Jésus. Mari de Hanna. Papa de Noah (5 ans), Théa (bébé) et de 3 enfants repris dans le ventre de leur maman. Stéphane est un pasteur diplômé de l’Institut biblique de Genève. Il est le co-fondateur de ToutPourSaGloire.com et l'actuel directeur du site. Stéphane a aussi appris comment ne pas implanter une Église grâce à un projet avorté au bout de 6 ans d'efforts. Mais la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ reste bonne. Stéphane est désormais Freelance. Il aide les entreprises dans leur stratégies commerciales et web. Avec Hanna, il a fondé ChezCarpus.com, la première librairie chrétienne de livres d'occasion. Il aussi le créateur de plusieurs formations pour le logiciel biblique Logos (dont cette mini formation gratuite).

https://stephanekapitaniuk.toutpoursagloire.com

Articles pouvant vous intéresser

6 thoughts on “3 remarques avant les vacances

  1. Peps Cafe dit :

    Bonjour !

    A partir de combien peut-on dire que l’on n’a pas lu « assez » de livres ? Si tu en as déjà un ou plus de deux (ce qui est probable), c’est suffisant pour nous en proposer ! 😉

    Pour ma part, je propose, outre la Bible, celui-ci : https://pepscafeleblogue.wordpress.com/2015/06/24/zeugma-memoire-biblique-et-deluges-contemporains/

    A noter que l’an dernier, c’était 8 et pas 7. « Huit, ça suffit », non ? 😉

    1. J’écris déjà des recensions chaque mois. Mais le concept de la liste de l’été, c’est de proposer des lectures un peu plus « light », plus divertissantes. Cette année, j’ai du lire une vingtaine de livres en entier, plus des tonnes en partie. Mais j’ai essayé d’en faire une liste et la plupart des livres étaient trop techniques. Et si je n’ai que 2 ou 3 livres, autant renvoyer aux recensions. Du moins, c’était ma réflexion. Je suis ouvert à changer d’avis sur le sujet.

      Le livre que tu recommandes ne semble pas non plus une lecture très facile! 🙂

      Quant aux 8 et non 7 livres de l’année dernière, bien vu. Je corrige, merci!

    2. Au fait Peps, j’ai pensé à toi en lisant The One World Schoolhouse de Salman Khan. Je te le conseille. Je trouverais intéressant tes remarques sur le livre. Je le trouve génial et convaincant.
      Je te partage un lien vers le livre, mais ce n’est pas pour te narguer que c’est vers Amazon. Je te laisse le trouver en librairie: http://www.amazon.fr/gp/product/1455508373/ref=as_li_tl?ie=UTF8&camp=1642&creative=19458&creativeASIN=1455508373&linkCode=as2&tag=etrangeetvoya-21&linkId=LOOWJDFBDRVDX3ZI

      PS. L’autre raison qui explique pourquoi je n’ai pas lu assez, c’est que j’ai lu beaucoup en anglais et je ne veux donc pas vous le signaler.

      1. Peps Cafe dit :

        Merci d’avoir ainsi « pensé à moi », et merci pour
        cette suggestion de lecture.

        J’ai entendu parler de Salman Khan, de sa démarche et de son ouvrage (titre en français : « L’éducation réinventée :
        Une école grande comme le monde »chez Lattès)-que je n’ai pas encore lu. Si j’ai l’occasion de le découvrir plus en profondeur, je ne manquerai pas de publier une note de blogue à ce sujet.

        Néanmoins, d’après ce que j’ai pu apprendre sur ce qu’il
        propose, plusieurs remarques(en attendant d’en savoir plus) :

        – Sa façon de concevoir l’école me paraît quelque peu
        caricaturale (la vision du « cours magistrale »-dépassée et qui ne rend pas justice au travail des enseignants), et semble rejoindre les propos de notre ministre de l’EN, qui avait justifié sa réforme parce qu’il s’agit de « lutter contre l’ennui à l’école ». D’autre part, la démarche de S. Khan(qui s’inscrit dans une évolution d’ensemble) me paraît(sauf erreur) typique d’une vision « évolutionniste »(dans la lignée de Spencer, qui a donné sa caution sociale ou sociétale à la théorie de l’évolution) de l’éducation et de l’apprentissage : un apprentissage « utilitaire », où l’élève est censé être « acteur »/redécouvre tout lui-même, et où l’autorité recule/est
        censée s’effacer(cf le rôle du maître, du professeur, dans ces systèmes). Il est d’ailleurs assez « amusant »(c’est relatif)de constater que l’on peut faire du darwinisme sans le savoir dans le domaine éducatif, et ce, alors que l’on peut se revendiquer « opposé à Darwin »…

        – Pour bien comprendre ce que je souligne plus haut, il importe de savoir que sur le plan de l’éducation, notre société a connu une évolution majeure, passant du modèle de la transmission (un modèle « traditionnel », avec « le maître qui sait ») au modèle de l’apprentissage (« l’élève au centre », « l’élève acteur de son savoir »). Une évolution qui s’est faite en réaction au premier modèle, un modèle dit « autoritaire ».
        Sauf qu’aujourd’hui, 1) on ne veut plus entendre parler de transmission, et 2) on ne sait plus vraiment ce que sait que d’apprendre.
        La double impasse vient de ce que l’on oppose « transmettre » à « apprendre »(ce qui me paraît transpirer de S. Khan). Alors que les deux sont faits pour fonctionner ensemble : « transmettre, apprendre ».
        La vraie est aussi de savoir « quoi » transmettre, « quoi »
        apprendre. Et « pourquoi ». Sans oublier « qui ».

        – Il est intéressant d’analyser ce qui caractérisent ces « nouvelles façons d’apprendre », liées au numérique et à l’enseignement en ligne : une volonté d’accéder à « des contenus », quand et où l’on veut (« facilement », sans effort, à portée de pouce) ; une volonté (compréhensible) de faire l’usage le plus efficace possible de son temps(donc d’apprendre ce qui m’est utile. Avec pour conséquence un caractère marqué par une certaine impatience) ; un besoin de se retrouver et d’interagir avec des gens qui nous ressemblent (au sein de communautés réelles ou virtuelles et où l’on cultive un entre-soi dangereux, à l’instar des réseaux
        sociaux) ; mise en avant de l’expression de soi…..Concernant S. Khan, d’après ce que j’ai pu comprendre, sont privilégiés la démarche intuitive(qui est en contradiction de la démarche expérimentale, rappelons-le) et le bon sens(qui fait office de fondement théorique). Envisagerait-on une telle approche de l’étude de la Bible ?

        Bref, plutôt que de chercher à « réinventer l’école »
        en la dénigrant sans cesse (à l’instar d’une volonté de « réinventer l’Eglise »), il me paraît plutôt judicieux de redécouvrir ce qu’est l’école.

        Et c’est quoi l’école ? Qu’exige-t-elle ?
        Ce qu’elle exige est à contre courant des évolutions
        mentionnées plus haut, puisqu’elle exige de l’effort et de la persévérance ; on y apprend la satisfaction différée(au lieu du « tout, tout de suite ») ; on se soumet à des rythmes et des contenus contraignants, et on y fait l’apprentissage
        nécessaire et obligatoire du langage, de l’écriture(manuelle), de règles mathématiques, de lois scientifiques…sans oublier l’apprentissage de la socialisation , soit l’intégration
        de chacun dans un groupe non choisi et dans une histoire collective. Bref, l’école est aussi le seul lieu où des individus d’âges différents (et même différents tout court, que l’on n’a pas choisi) peuvent se retrouver ensemble pour découvrir ce qu’ils ne soupçonnent pas. C’est le seul lieu l’on peut être
        confronté à des adultes(en dehors de la famille), dont on estime qu’ils sont susceptibles de nous apprendre quelque chose.

        Autant de qualités reconnues par certains cadres de google,
        apple, facebook, amazon…lesquels scolarisent leurs enfants dans une école sans écrans. Parce que les ordinateurs inhibent la créativité, le mouvement, les
        interactions sociales et la capacité d’attention…! (http://www.francetvinfo.fr/monde/ameriques/ces-patrons-de-la-silicon-valley-qui-interdisent-la-high-tech-a-leurs-enfants_695203.html ; http://www.vousnousils.fr/2012/02/28/pas-dordi-a-lecole-pour-les-enfants-des-cadres-de-google-ou-debay-522349 )

        Fraternellement,
        Pep’s

        PS : Si j’ai un autre livre à te conseiller(en parallèle avec « Zeugma », qui, contrairement à ce que l’on pourrait craindre, est un livre assez accessible, passionnant, drôle et raffraichissant), ce serait justement « Transmettre,
        apprendre » de Marcel Gauchet et al(éditions Stock, 2014), qui apporte une réelle réflexion, percutante et très actuelle, sur ces questions. J’y ai aussi lu l’une des critiques les plus convaincantes de la théorie de l’évolution.

        1. Salut Peps, merci pour ton retour. Si jamais tu le lis, je serais bien curieux si tu ne changes pas d’avis. Bien sûr l’auteur est non-chrétien (et donc évolutionniste) et bien sûr que tout ce qu’il dit n’est pas parole d’Évangile. Mais il est bien loin de comment tu le caractérise. Par ex., il n’est pas dans le clivage transmettre vs. apprendre et il est constamment en train d’expérimenter pour vérifier ses intuitions.

          1. Peps Cafe dit :

            Bonjour Stéphane,

            je t’en prie. Avec plaisir. Et merci pour tes précisions.

            Je verrai lorsque j’aurai l’occasion de découvrir véritablement ce livre. Ce que j’exprimai plus haut, ce n’était que des remarques générales. Et, pourquoi pas, je pourrai être surpris.

            A noter qu’il reste à 1)réfléchir sur ce qu’est l’école et sur ce qu’elle exige(cf plus haut) et 2) à répondre à une certaine contradiction, soit celle de certains cadres de google, apple, facebook, amazon…lesquels scolarisent leurs enfants dans une école sans écrans. Parce que les ordinateurs inhibent la créativité, le mouvement, les interactions sociales et la capacité d’attention…! 😉
            Pour ma part, je te renvois aux deux ouvrages cités plus haut : « transmettre, apprendre » et « Zeugma ». Je serai très intéressant de connaître le fruit de tes réflexions après lectures(notamment le premier livre).
            Sinon, puisque tu parles de Saint-Augustin ailleurs(comme d’autres invitent à lire Thomas d’Aquin), je recommanderai aussi personnellement Kierkegaard : « Pensées qui attaquent dans le dos »(discours édifiants, très abordables) et « Crainte et tremblement » (cf aussi-pas encore lu, mais c’est la sythèse de sa pensée- » traité du désespoir », appelé aussi « la maladie à la mort »).
            Bon été et bien fraternellement,
            Pep’s

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les cookies assurent le bon fonctionement de notre site internet. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.
close-image