C.S. Lewis, grand chrétien ou grand écrivain ?

C.S. Lewis est-il un grand écrivain ou un chrétien très influent? Aymeric Christensen pose la question (et n’y répond pas vraiment) dans son article publié dans La Vie. Mais le billet donne une perspective non-évangélique sur Lewis. Et montre comment les Chroniques de Narnia font des fans et des ennemis. Je vous recommande sa lecture.

50 ans après sa mort, l’écrivain anglais, grand ami de Tolkien, est aujourd’hui honoré avec une plaque commémorative à Westminster Abbey. Et son oeuvre connaît depuis quelques années un regain d’intérêt.

Il existe (au moins) deux points communs entre Clive Staples Lewis et John Fitzgerald Kennedy. Le premier, très anecdotique, est que l’un comme l’autre était surnommé par ses amis « Jack »; le second, historique, est d’être décédés le même jour, il y a 50 ans, le 22 novembre 1963. La comparaison s’arrête probablement là, mais la mémoire de l’assassinat du président américain risque de masquer un peu, en France du moins, l’anniversaire de la disparition de l’auteur de Narnia.

Pourtant, les anglais célèbrent dignement aujourd’hui cette gloire de leur littérature (l’homme aura tout de même cumulé les vestes – en tweed – de philosophe, théologien, essayiste, enseignant, critique littéraire, romancier, auteur pour enfants… et même chroniqueur radio), par une plaque à son nom dans le prestigieux « Poets’ Corner » (le Coin des poètes) de Westminster Abbey. C.S. Lewis inscrit donc son nom parmi une centaine d’autres auteurs, de Shakespeare à William Blake, en passant par les soeurs Brontë ou John Keats.

Extrêmement populaire de son vivant, l’oeuvre de C.S. Lewis a par la suite été comme reléguée au second plan. Jamais oubliée, et pourtant : les élites le dédaignaient, les Américains – et particulièrement les milieux évangéliques – l’appréciaient davantage que les Anglais, les francophones le méconnaissaient globalement. Un regain d’intérêt populaire a pu s’opérer à partir de […lire la suite…]

Cet article est le 5e de la série: C.S. Lewis 50 ans

Pour aller plus loin:

Reçois la Bible sans numérotation de versets et chapitres!

Disciplines spirituelles light

Un cadeau créé par l'équipe TPSG avec la traduction Segond 1910!

Zéro spam. Promis! Powered by ConvertKit

Stéphane Kapitaniuk

Disciple de Jésus. Mari de Hanna. Papa de Noah et de 3 enfants repris dans le ventre de leur maman. Stéphane est le pasteur principal d'une implantation d'Église à Pont de Chéruy à 15 minutes de l'aéroport de Lyon St-Exupéry. Stéphane est diplômé de l’Institut biblique de Genève. Avec Hanna, il a fondé ChezCarpus.com, une librairie chrétienne de livres d'occasion. Il aussi créé plusieurs formations pour le logiciel biblique Logos (dont cette mini formation gratuite).Découvrez ici les articles qu'il vient de publier sur son blog.

https://stephanekapitaniuk.toutpoursagloire.com

Articles pouvant vous intéresser

3 thoughts on “C.S. Lewis, grand chrétien ou grand écrivain ?

  1. pepscafe dit :

    Bonjour, je te remercie d’avoir relayé cet article, fort intéressant.
    Néanmoins, sans vouloir te contredire, je trouve, qu’au contraire, l’auteur a bien répondu à sa question de départ, relative à l’impact et à la valeur de son oeuvre : « C.S. Lewis, grand auteur chrétien (et non pas « grand chrétien très influent ») ou grand écrivain ? »

    L’auteur de l’article y répond en soulignant d’abord que son œuvre est extrêmement diversifiée, puisqu’elle touche à la philosophe, la théologie, l’essai, l’enseignement et l’apologétique, la critique littéraire, la fiction(roman, conte pour enfants-la série des « chroniques de Narnia »-que j’apprécie et qui est restée longtemps inconnue en France, à part les tomes 2 et 4, jusqu’au début 2000-qui a semble effectivement avoir occulté tout le reste)…
    Elle est aussi extrêmement populaire (et ce, de son vivant) et accessible (avec « une apparente simplicité »).
    Ce qui fait le talent de Lewis.

    Il semble qu’elle dépasse même le cercle « chrétien », puisqu’il dispose d’une plaque à son nom dans le prestigieux « Poets’ Corner » (le Coin des poètes) de Westminster Abbey…..parmi une centaine d’autres auteurs, de Shakespeare à William Blake, en passant par les soeurs Brontë ou John Keats.

    Bref, « C.S. Lewis, grand auteur chrétien ou grand écrivain ? » Je dirai « grand auteur » (mais pas un « grand écrivain », comparativement à Tolkien ou à ses prédécesseurs) tout court.

    On peut enfin sourire face aux critiques de Narnia de la part de l’athée Philip Pullman, auteur britannique du cycle d’A la croisée des mondes, qui a(je trouve)bénéficié d’un succès plus critique(cf pour la forme la qualité d’écriture et d’érudition certaine) que réellement populaire(Pullman serait-il jaloux ?). En tout cas, mes élèves n’en sont pas fans. On a presqu’envie de lui retourner le « compliment » : « l’athéisme de Philip Pullman » me paraît dans ses livres, « brutale, agressive et malhonnête en tous points »(pour ne pas dire insidueuse). Et je trouve, pour les avoir lus, les romans de la série A la croisée des mondes « très suspects et désagréables ». Suspects car malhonnêtes du point de vue rhétorique, et désagréables car ils embrassent une vision du monde nihiliste et sombre.»
    En tout cas, je ne recommande jamais cette série, préférant les Narnia.

    1. Salut peps,

      Tu as sans doute raison. Je n’ai pas du comprendre sa distinction entre auteur et écrivain. Perso, je trouve que l’auteur de l’article faisait un bon boulot pour citer des faits, mais n’avait pas fait un bon travail d’analyse.

      1. pepscafe dit :

        Bonjour Stéphane,

        je te remercie de ta réponse.

        La distinction entre « auteur » et « écrivain » n’est pas toujours simple, effectivement. On a généralement tendance à les croire synonymes, alors qu’elles ne le sont pas.
        On définit « l’écrivain » comme une « personne habile dans l’art d’écrire » ou comme un métier. Tout le monde peut être écrivain, avec plus ou moins de génie, à défaut de talent.
        Mais pour être « auteur » il faut être publié. Et un auteur est aussi une « autorité ».

        On peut donc dire que Lewis est un grand auteur, dans le sens qu’il a écrit et publié beaucoup, diversement(sans se cantonner à un genre ou à un public-cible), et qu’il fait autorité dans certains domaines(critique, apologétique). Il est également un écrivain d’un certain talent(quoique pas comparable avec d’autres « plus illustres »), qui n’a pas oublié d’être accessible(ce n’est pas le cas de tous).
        Vu ailleurs : « l’auteur n’est pas le producteur et le garant du sens, mais le principe d’économie dans la prolifération du sens » (http://www.fabula.org/compagnon/auteur2.php). Comprendra qui pourra !

        Quant au travail d’analyse de l’auteur de l’article de « La Vie », cela se discute, je trouve.
        Perso (voir mon commentaire plus haut, dans lequel j’ai essayé de synthétiser l’essentiel de l’article), j’ai trouvé son analyse plutôt fine, pertinente, documentée et équilibrée, composée d’un ensemble cohérent d’éléments.
        Mais c’est mon opinion !

        Sur ce, bonne semaine !

        Fraternellement,

        « Pep’s »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les cookies assurent le bon fonctionement de notre site internet. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.
close-image