Combien d’évangéliques y a-t-il dans le monde?

Sébastien Fath, sociologue et chercheur au CNRS propose les résultats de ses recherches sur la démographie évangélique mondiale de 2013 en un PDF. Le Brésil est le plus grand gagnant dans cette nouvelle étude.

Pour ceux qui sont plutôt visuels, Sébastien Fath fait la synthèse dans cette vidéo:

Ce qui manque dans le PDF est une définition de l’évangélisme. Les critères objectifs qui permettent de produire ces statistiques ne sont pas mentionnés.

MÀJ 25/01/13: Sébastien Fath a répondu à ma demande de précisions à propos des critères statistiques. Il explique sur son blog:

J’utilise les « critères Beggington » (crucicentrisme, conversion, militantisme et biblicisme), qu’on peut résumer ainsi: les évangéliques sont des protestants engagés dans des Eglises locales de convertis.

J’intègre dans cette définition les pentecôtistes et une large partie des charismatiques, mais pas tous.
Certains courants néocharismatiques et de nouvelles Eglises syncrétistes (Christianisme céleste par exemple) ne relèvent pas de l’évangélisme.
De la même manière, je ne fais pas de « chrétien doctrinalement orthodoxe » ou de « chrétien converti » un synonyme d’évangélique, sinon il faudrait intégrer aussi des « sensibilités évangéliques » dans de nombreuses Eglises généralement considérées comme non « évangéliques » au sens Bebbington, y compris l’Eglise catholique.
Mais tout ceci est assez mouvant, il faut bien le reconnaître…

Reçois la Bible sans numérotation de versets et chapitres!

Disciplines spirituelles light

Un cadeau créé par l'équipe TPSG avec la traduction Segond 1910!

Zéro spam. Promis! Powered by ConvertKit

Stéphane Kapitaniuk

Disciple de Jésus. Mari de Hanna. Papa de Noah (5 ans), Théa (bébé) et de 3 enfants repris dans le ventre de leur maman. Stéphane est un pasteur diplômé de l’Institut biblique de Genève. Il est le co-fondateur et directeur de ToutPourSaGloire.com. Après 6 ans de ministère pastoral, Stéphane est retourné à un autre de ses amours: les livres. Il est le responsable communication pour BLF Éditions, un éditeur évangélique. Avec son épouse, il a aussi fondé ChezCarpus.com, la première librairie chrétienne de livres d'occasion. Il est aussi le créateur de plusieurs formations pour le logiciel biblique Logos (dont cette mini formation gratuite).

https://stephanekapitaniuk.toutpoursagloire.com

Articles pouvant vous intéresser

  • Bonjour Stéphane, tu écris :

    « Ce qui manque dans le PDF est une définition de l’évangélisme. »

    Peut être justement parce qu’il n’y en pas ?

    On classe dans « évangélique », tout ce qui est chrétien et ne rentre dans aucune autre catégorie. Ils ne sont pas catholiques, ils ne sont pas orthodoxes, ils ne sont pas luthériens, etc. Donc ils sont évangéliques.

    Mais franchement entre les mégachurch style charisma ou PCC et les églises de frères ou les petites assemblées comme celles de Feignies (je n’y suis jamais allé mais visiblement elle ressemble aux églises que je connais) … il n’y a justement pas grand chose de commun.

    Si en plus tu rajoutes toutes les églises ethniques (qui fleurissent à Paris) ou celles qui ont des théologies un peu particulières (adventisme, judaisme messianique, etc.)

    Sans compter tous les chrétiens sans dénomination et qui ne fréquentent plus aucune église officielle. Phénomène marginal il y a quelques années, qui est en pleine expansion en ce moment (théologie des groupes de maison, etc.).

    Et je ne parle même pas de certains groupes américains encore plus étrangez (cf la Westboro Baptist Church).

    Bref… on peut chercher le PPCD (souvenirs de collège quand tu nous tiens 🙂 )
    Si tu as des propositions tu peux les partager. De mon côté je réfléchis à un article sur ce sujet depuis quelques jours.

    • Bonjour David,

      Sébastien Fath a répondu. J’ai ajouté sa réponse à l’article.

      Deux remarques.
      1. On parle ici de statistiques. Pour faire de la statistique, il faut toujours commencer en décidant quels critères définiront la population que l’on souhaite étudier.
      2. Toi tu parles d’une définition théologique de l’évangélisme. Ça c’est complétement différent. Bien sûr qu’il existe des définitions de l’évangélisme. Beaucoup existent d’ailleurs. Seulement, tout le monde n’est pas d’accord quels sont les critères disqualificatoires ou essentiels.

  • J’avoue ne pas saisir la nuance, comment veux-tu définir un évangélique autrement que par sa théologie ?

    Tu dis :
    « . Toi tu parles d’une définition théologique de l’évangélisme. Ça c’est complétement différent.  »

    Si on veut quantifier les évangéliques, il faut déjà définir ce qu’est un évangélique, non ?Tu parles de critères, mais vu que c’est une catégorie religieuse, cela passera nécessairement par une définition théologique non?

    D’ailleurs dans sa réponse Sébastien Fath propose bien une définition théologique de l’évangélisme :

    « J’utilise les « critères Beggington » (crucicentrisme, conversion, militantisme et biblicisme),  »

    Tous ces critères relèvent bien de la théologie évangélique. Ou alors j’ai loupé quelque chose.

    Mais bon en même temps, il est assez tard et je devrais déjà être au li depuis bien longtemps 🙂

  • >