Comment bien utiliser les harmonies des évangiles?

Voici le problème qui se pose. Les quatre évangiles ont beaucoup de récits similaires. Quand on étudie un texte qui apparait dans plusieurs évangiles, on peut se demander: jusqu'où doit-on étudier les parallèles entre chaque livre, comparer les récits racontés dans plusieurs évangiles?

Un conseil de Dominique Angers m'a beaucoup aidé pour répondre à cette question.

Peut-être que son conseil est évident pour certains. Ce ne l’était pas pour moi. J’étais plutôt dans le flou sur comment bien utiliser les harmonies des évangiles.

Une approche pour bien utiliser les harmonies des évangiles

Dominique Angers (notre prof de Nouveau Testament à l’époque) nous encourageait à ne pas utiliser les harmonies pour lisser le texte qu’on étudie, mais pour faire ressortir les particularités du texte qui est devant nous.

On ne cherche donc pas à essayer de reconstruire tous les détails d’un événement, mais plutôt à cerner pourquoi l’auteur biblique a choisi de ne mentionner que certains détails.

Cela change fondamentalement notre approche. On se demande désormais, par exemple, « en quoi Marc raconte-il l’appel de Lévi (Mc 2.13-17) différemment des évangiles selon Matthieu et Luc? » « Y-a-t-il une logique, une intention de l’auteur, dans les particularités de Marc? »

Dans mon expérience de prédicateur, les commentaires bibliques qui adoptent cette usage des harmonies sont bien plus utiles que les commentateurs qui reconstruisent les événements et au final, ne nous avancent pas sur l’intention de Marc (ou Matthieu, Luc ou Jean). Et au final, ce sont les commentateurs qui utilisent bien les harmonies qui sont quasiment toujours les meilleurs commentaires bibliques.

Bien sûr, on doit faire attention de ne pas sauter sur toutes les différences. Mais le principe m’a déjà beaucoup servi dans mon étude de la Bible. J’espère qu’il pourra encourager d’autres à bien utiliser les harmonies des évangiles.

Articles liés

Livre gratuit: Inerrance et vision du monde
Réviser un cliché: « Détester le péché, aimer le pécheur »

NOTE: Cet article fut publié en avril 2013. Je l’ai remis sur le blog en mars 2017.

Stéphane Kapitaniuk

Disciple de Jésus. Marié avec Hanna, ils sont parents du petit Noah et font partie d'une implantation d'Église à Pont de Chéruy, une ville à 40 minutes à l’Est de Lyon. Stéphane est diplômé de l’Institut biblique de Genève. Il aussi le créateur de plusieurs formations pour le logiciel biblique Logos (dont cette mini formation gratuite).

http://stephanekapitaniuk.toutpoursagloire.com

Articles pouvant vous intéresser

  • Merci Stéphane pour le rappel de ce conseil, particulièrement judicieux !
    Juste une remarque sur les termes : il me semble que ce que tu évoques dans ton article concerne plutôt l’utilisation des « synopses » des Evangiles (affichage des textes des évangiles en parallèle). Certains appellent aussi ces tableaux synoptiques des « harmonies » mais cela peut prêter à confusion. En effet, on donne aussi le titre d' »harmonie des Evangiles » aux tentatives consistant à ré-écrire les 4 Evangiles sous la forme d’un seul grand Evangile combinant les différents éléments des 4 Evangiles (comme le Diatessaron par exemple).

  • PsyFlex

    Les Évangiles, le TOUT de Dieu.

    Jésus a TOUT accomplit !
    Un mot de 4 lettres, et étrangement il existe 4 évangiles.
    Les évangiles sont bien plus que ce que bons nombres de personnes peuvent en expliquer.
    Ils sont ces 4 lettres.
    Totale Obéissance Unification Totale.
    Dans ces 4 évangiles, Jésus nous montre ce TOUT, bien qu’ils soient 4, il ne forme qu’un TOUT.
    Les lire est utile et instructif, mais les croire est bien plus. Ils révèlent toute la dimension spirituelle ou Jésus vivait, un monde invisible a nos yeux, révélé dans des écrits visibles.
    Et toute la Parole de Dieu est spirituelle, mais les évangiles nous plongent directement dans cette dimension, en direct live.
    Les actions, les dialogues, les échanges, la simplicité, l’humilité, la compassion, de Jésus nous parle en direct live.
    Même une personne qui ne croit absolument pas en Dieu, a leur lecture, est touchée, interpellée, interloquée, sensibilisée, déjà transformée.

    Lisez-les, Croyez-les, Vivez-les.