L’essentiel dans l’Église: apprendre de la vigne et de son treillis

C’est un mythe qui a la peau dure. Ce n’est pas parce qu’on fait vite les choses qu’on est productif.

Le secret de la productivité n’est pas de faire les choses plus rapidement, ni de faire plus, mais de faire les choses importantes. Et c'est pourquoi le livre L'essentiel dans l'Église mérite toute notre attention.

essentiel-dans-eglise

Colin Marshall et Tony Payne ont écrit un livre sur le secret de la vraie productivité pastorale. Il est à mettre entre toutes les mains et il devrait être mis en pratique dans toutes les Églises.

L’essentiel dans l’Église s’inspire d’une image simple et utile: comparer l’église à un treillis et une vigne. Dit comme ça, c’est peut-être obscur, mais ne paniquez pas. Tout comme c’est la croissance de la vigne qui intéresse le vigneron, notre but est d’encourager la croissance des chrétiens (vigne), mais pour cela on a besoin de structures (de treillis) pour porter et encourager la vie.

L’image de la vigne et de son treillis permet de fait un diagnostic utile de l’état de son Église locale (et de son agenda). Les auteurs posent ainsi la question:

Dans quel état se trouvent le treillis et la vigne de votre Église? L’entretien du treillis a peut-être pris le dessus par rapport au développement de la vigne. Vous avez des comités, des structures, des programmes, des activités; vous faites des efforts pour collecter l’argent nécessaire, et bien des personnes investissent beaucoup de temps pour maintenir toutes ces choses en bon état. Mais le véritable travail, qui consiste à veiller à ce que pousse la vigne, est l’affaire de quelques-uns seulement. En fait, il se peut même que le culte du dimanche matin, et en particulier le temps de prédication, soit le seul moment de la semaine où se fait le travail sur la vigne elle-même. (11)

Le problème est tellement fréquent. On a beau savoir que l’essentiel dans l’Église c’est de s’occuper de la vigne, mais pour bien des raisons, s’occuper du treillis peut être plus gratifiant et plus pressant:

[Le travail sur le treillis] a la fâcheuse tendance à prendre le dessus par rapport aux soins à apporter à la vigne. Peut-être est-ce lié au fait que le travail sur le treillis est une mission plus aisée, qui exige un engagement moindre. Le travail sur la vigne, au contraire, demande une grande consécration personnelle, une vie de prière conséquente et une totale dépendance de Dieu pour proclamer sa Parole auprès de nos contemporains. […] De plus, le travail sur le treillis impressionne souvent davantage que le travail sur la vigne. Il est plus visible, plus structurel. Il concerne des aspects tangibles, un comité, un événement, un programme, un budget, une infrastructure… Il donne le sentiment d’avoir vraiment réalisé quelque chose de valable. Or, il est possible de bâtir un treillis qui monte jusqu’au ciel, dans l’espoir de se faire un nom, tout en constatant la faible croissance de la vigne. (11–12)

La solution que préconisent les deux auteurs australiens est tout aussi simple que leur image: nous devons nous tourner « résolument vers la croissance des personnes, afin qu’elles deviennent des disciples de Christ faisant d’autres disciples de Christ. « (19) Ils passent le reste du livre à nous convaincre que c’est vraiment là l’essentiel pour l’Église et à nous donner des exemples concrets de mise en pratique d’un tel but.

A qui s’adresse le livre?

Lisez-moi bien jusqu’au bout. Le livre est principalement destiné aux responsables d’Églises locales et tout pasteur et ancien devrait le lire. Mais, tout chrétien bénéficierait aussi de sa lecture. Au minimum, vous avez besoin d’adhérer à l’idée principale du livre.

Si vous êtes chrétien, mais pas responsable d’église, je vous conseille d’acheter le livre, lire le chapitre 4 intitulé “Tout chrétien est-il ouvrier dans la vigne?” puis d’offrir votre exemplaire à votre pasteur.

Si vous êtes ancien ou pasteur, je vous conseille de lire le livre en équipe. Il pourra produire une révolution dans votre façon d’opérer.

Mon impression

C’est un livre important. C’est un livre sur la vraie productivité pastorale. Il nous pousse à nous concentrer sur ce qui est vraiment important aux yeux de Dieu. Je le conseille à tout responsable d’église. Nous avons lu ce livre entre anciens et ce que j’ai retenu c’est de former notre structure autour de la croissance de personnes et non de rechercher les personnes qui pourront nous aider à faire tourner les structures. Le tableau de la page 91 et son raisonnement est une mini révolution dans ma vie! Ça sera peut-être l’objet de tout un article prochainement.
Par endroits, je me demande si L’essentiel dans l’Église n’est pas un peu long. On a vite fait de comprendre l’argument des auteurs. Et parfois, l’argumentation aurait pu être plus concise et persuasive si un éditeur avait été plus strict. Les chapitres 3 et 5 en particulier m’ont fait ressentir cela. Je sais que Tony Payne est éditeur, mais on n’est jamais aussi sévère avec ses propres écrits qu’avec ceux des autres.

Conclusion

Que vous soyez responsable d’église ou pas, lisez ce livre et offrez-le autour de vous. Je vous conseille en particulier de le lire entre responsables ET de le mettre en pratique. Il me semble que c’est un livre aux idées auxquelles on peut facilement adhérer, tout en continuant à gaspiller son temps sur le treillis. Se consacrer à ce qui est réellement important est une lutte quotidienne et il faut toujours se réexaminer. Que Dieu nous aide à être fidèle à la tâche de faire des disciples de toutes les nations!

Obtenez L’essentiel dans l’Église chez son éditeur (ainsi qu’un extrait gratuit) ou sur Amazon. Vous habitez en dehors de la France? Commandez sur le BLF Store pour profiter d’une livraison à 1 centime dans le monde entier.

PS. Pour un article court sur la vraie productivité, lisez ces quelques lignes de Matt Perman.

NDLR: Cet article à été publié la première fois le 4 juin 2015. Il a été republié sur mon blog le 14 octobre 2017.

Reçois la Bible sans numérotation de versets et chapitres!

Disciplines spirituelles light

Un cadeau créé par l'équipe TPSG avec la traduction Segond 1910!

Zéro spam. Promis! Powered by ConvertKit

Stéphane Kapitaniuk

Disciple de Jésus. Mari de Hanna. Papa de Noah et de 3 enfants repris dans le ventre de leur maman. Stéphane est le pasteur principal d'une implantation d'Église à Pont de Chéruy à 15 minutes de l'aéroport de Lyon St-Exupéry. Stéphane est diplômé de l’Institut biblique de Genève. Avec Hanna, il a fondé ChezCarpus.com, une librairie chrétienne de livres d'occasion. Il aussi créé plusieurs formations pour le logiciel biblique Logos (dont cette mini formation gratuite).Découvrez ici les articles qu'il vient de publier sur son blog.

https://stephanekapitaniuk.toutpoursagloire.com

Articles pouvant vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les cookies assurent le bon fonctionement de notre site internet. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.
close-image