Rappel libérateur à propos de l’hospitalité

On a beau savoir ce qu’il faut faire, parfois c’est facile à dire, difficile à vivre. On sait tous que l’hospitalité est une bonne chose, mais je pari ne pas être le seul à avoir du mal à bien l’exercer. Je suis récemment tombé sur un rappel encourageant que je partage ici.

Qui est appelé à exercer l’hospitalité?

Exercer l’hospitalité est un critère biblique pour choisir les anciens d’une Église (1 Tim 3.2). Mais plus encore, Dieu nous exhorte tous à exercer « l’hospitalité les uns envers les autres, sans murmurer » (1 Pierre 4.8-9). Pourtant l’hospitalité peut souvent être vu comme quelque chose de très fatiguant, difficile.

J’ai le privilège d’être dans une Église où beaucoup de membres sont exemplaires dans leur façon d’accueillir. Néanmoins, les encouragements, les coups de pouce sont toujours les bienvenues.

Un rappel encourageant

Dans un livre sur la productivité, Kevin DeYoung m’a aidé en me rappelant le but de l’hospitalité. Une question à se poser dans toute activité est: Pourquoi je fais ça? Est-ce pour leur faire du bien ou pour être bien vu? Il applique cette pensée à l’hospitalité:

On oublie facilement le but de l’hospitalité. Pensez-y: L’hospitalité, c’est transformer votre maison en hôpital l’instant d’un repas. L’idée étant que vos amis, votre famille, les blessés et les fatigués viennent chez vous et repartent aidés, encouragés. Et pourtant, trop souvent, l’hospitalité est un moment stressant pour les hôtes et les invités. Plutôt que de les mettre à l’aise, on les stress en disant combien la nourriture ne sera pas exceptionnelle, s’excusant pour l’état de la maison et le comportement de nos enfants. On s’active et on stress pour toutes les mauvaises raisons. On s’inquiète plus du paraître, plutôt que de faire le bien. Ainsi, plutôt que d’encourager nos invités, ils se sentent obligés de nous rassurer que tout va bien. […]

L’hospitalité chrétienne est plus intéressé par des bonnes relations que la bonne nourriture. […]

C’est normal d’être très occupé par moments. On ne peut pas aimer et servir les autres sans donner de notre temps. Travaillez donc beaucoup, longuement et souvent. Mais n’oubliez pas: vous n’êtes pas le but. Nourrissez vos invités, pas votre orgueil (p.41).

Cet extrait est tiré de son livre: Crazy Busy (voir la recension de Matthieu). Pourquoi parle-t-il d’hospitalité dans un livre sur la productivité? Parce que les multiples formes d’orgueil sont un des facteurs nous poussant à surbooker notre emploi du temps.

Stéphane Kapitaniuk

Disciple de Jésus. Marié avec Hanna, ils sont parents du petit Noah et font partie d'une implantation d'Église à Pont de Chéruy, une ville à 40 minutes à l’Est de Lyon. Stéphane est diplômé de l’Institut biblique de Genève. Il aussi le créateur de plusieurs formations pour le logiciel biblique Logos (dont cette mini formation gratuite).

http://stephanekapitaniuk.toutpoursagloire.com

Articles pouvant vous intéresser