4 raisons pour lesquelles je fais un jeûne d’Internet

J’étais motivé. « Plus d’internet le weekend! » Oui, mais voilà. Deux mois après des belles résolutions, j’utilise à nouveau mon téléphone, mon ordi et l’Internet comme si je ne n’avais jamais pris des résolutions. J’ai du faire le constat. Contrôler son usage des technologies est une lutte constante. Je dois à nouveau fixer des limites et les respecter. Ça ma donc amené à me rappeler pourquoi je limite mon temps sur Internet.

Il y a quelques mois, j’avais lu et relu La méditation biblique à l’ère numérique (cf. ma recension). Ce livre et les conseils de Tim Challies [ENG] m’ont convaincu, je devais limiter et réduire mon usage de l’Internet et des technologies. Je me suis imposé des jeûnes d’Internet et de mes gadgets.

Pourquoi s’imposer des jeûnes d’Internet?

1. Parce que je n’ai que 24h dans une journée et que je veux les consacrer pour ce qui est vraiment important. La vie est courte; il est essentiel que je sache quelles sont mes priorités. Si je sais à quoi Dieu m’appelle, je peux mieux faire le tri dans mes activités et mes responsabilités.

2. C’est une question de valeur. Le temps que je consacre à l’actualité, c’est du temps que je n’ai pas pour autre chose. Est-ce vraiment important de savoir que Chavez est décédé? Parfois je suis sur Google Actualités des heures et tout à coup, je me demande: Pourquoi je lis ça? Augustin, Luther ou Pascal n’ont pas beaucoup plus à m’apprendre qu’un article sur la viande de cheval dans nos lasagnes? D’ailleurs, l’article ne me concerne même pas. Les lasagnes chez nous sont toujours fait-maison!
A noter: une grande faiblesse du Web c’est le culte de la nouveauté. En contraste, dans la littérature, c’est l’âge et par là, la qualité qui compte. Regarde les livres qui ont plus de 100 ans. S’il existent encore, c’est parce qu’ils ont été estimés des « classiques ». Plutôt que lire toutes les dernières brèves sur 20 Minutes, pourquoi pas laisser l’Histoire décider quels livres méritent vraiment mon attention?

3. C’est une question de satisfaction. Je ne suis jamais satisfait après avoir passé des heures sur Internet à visiter des sites, des blogs, à regarder des vidéos et les autres bétises qui tournent sur Facebook. Par contre, j’ai un énorme plaisir à étudier un livre de la Bible, à lire des bons livres, à passer du temps de qualité avec ma femme ou des amis.

4. Parce que l’Internet transforme mon cerveau. Il change ma façon de penser. Il réduit ma capacité de concentration et change ma façon de travailler. C’est une catastrophe. Pour plus d’informations sur les effets d’internet sur notre cerveau, je conseille pour commencer le chapitre 2: « Méditer n’a jamais été aussi simple ni aussi compliqué! » du livre La méditation biblique à l’ère numérique, de Dominique Angers, Farel, 2012.

Reçois la Bible sans numérotation de versets et chapitres!

Un cadeau créé par l'équipe TPSG avec la traduction Segond 1910!

Zéro spam. Promis! Powered by ConvertKit

Stéphane Kapitaniuk

Disciple de Jésus. Mari de Hanna. Papa de Noah (5 ans), Théa (bébé) et de 3 enfants repris dans le ventre de leur maman. Stéphane est un pasteur diplômé de l’Institut biblique de Genève. Il est le co-fondateur et directeur de ToutPourSaGloire.com. Après 6 ans de ministère pastoral, Stéphane est retourné à un autre de ses amours: les livres. Il est le responsable communication pour BLF Éditions, un éditeur évangélique. Avec son épouse, il a aussi fondé ChezCarpus.com, la première librairie chrétienne de livres d'occasion. Il est aussi le créateur de plusieurs formations pour le logiciel biblique Logos (dont cette mini formation gratuite).

https://stephanekapitaniuk.toutpoursagloire.com

Articles pouvant vous intéresser

  • Merci, c’est une inspiration pour moi aussi!

  • philochristos dit :

    Je suis aussi souvent motivé 🙂 … mais je trouve toujours une excuse pour casser mes bonnes résolutions :/

  • […] annoncé sur le blog que j’allais jeûner d’Internet et des technologies (voir aussi mes 4 raisons de jeûner). Voici mon bilan de cette expérience et quelques enseignements que j’en […]

  • >