Jeûner: est-ce vraiment une pratique chrétienne?

Je ne sais pas pourquoi on parle si peu du jeûne dans beaucoup de nos Églises. Peut-être que l’idée de s’abstenir de toute nourriture durant une période de temps donnée est particulièrement révulsive à nous les français. Je ne sais pas. Mais ce qui est sûr, c’est que le jeûne n’est pas un sujet fréquemment abordé dans la plupart de nos assemblées. Et pourtant Jésus en parle dans des termes forts et en encourage la pratique.

Dans ce premier billet je souhaite répondre à la question: le jeûne est-il une pratique chrétienne? Dans les articles suivants, on regardera l’enseignement de Jésus sur le jeûne et le nouveau jeûne qu’il instaure, nous verrons aussi des pistes concrètes pour commencer à jeûner et parlerons aussi des jeûnes alternatifs (non-alimentaires par exemple). Nous terminerons la série en parlant des pièges à éviter quand nous jeûnons. Mais tout d’abord, commençons par nous demander: s’abstenir de nourriture (et parfois d’eau) est-ce une pratique chrétienne?

Jeûner: est-ce vraiment une pratique chrétienne?

Avant d’en défendre ses nombreux bienfaits, le pasteur John Piper relève quatre raisons pour lesquelles ce n’est pas si clair que le jeûne soit une pratique particulièrement chrétienne1. À ses quatre raisons, j’en ajoute trois autres. Regardons-les avant d’en venir aux raisons pour lesquelles le jeûne est néanmoins une pratique chrétienne.

7 raisons pour lesquelles le jeûne n’est pas clairement chrétien

  1. Le jeûne de nourriture pour des raisons de santé ou des raisons religieuses, culturelles ou politiques, est une pratique qu’on retrouve dans toutes les sociétés et les cultures 2.
  2. Même si le jeûne est une pratique qu’on trouve dans l’Ancien Testament (et donc c’est une pratique « biblique »), le ministère de Jésus peut donner l’impression de le rendre obsolète (et donc non-chrétienne). Peut-on vraiment mettre le vin nouveau du Royaume dans les vieilles outres de l’ancienne alliance?
  3. La victoire de Christ à la croix et la présence continue de l’Esprit dans l’Église semblent encourager la joie et la célébration plutôt que l’abstinence et à la mortification.
  4. Le jeûne, en triomphant sur les appétits du corps, peut inciter à l’orgueil et à l’auto-suffisance, qui sont pires que la gloutonnerie.
  5. La culture catholique est passée par là et a retransformé le jeûne en un acte religieux3, vidé de son sens biblique (cf. le prochain article sur le sens du jeûne d’après Jésus).
  6. À ces raisons s’ajoute aussi l’exemple biblique négatif d’Israël. Dans Esaïe 58, Dieu reprend son peuple pour leur jeûnes hypocrites. En effet, ils jeûnaient extérieurement, mais intérieurement ils se livraient à leurs penchants (Es 58.3). Leur renoncement à la nourriture qui n’est pas accompagné d’un renoncement au péché (cf. par ex. Es 58.3-4; Es 58.6-11).
  7. Enfin, dans le Nouveau Testament, certes Jean-Baptiste et ses disciples jeûnent (Mc 2.18), mais les experts en matière de jeûne sont les anti-héros des évangiles: les pharisiens. En effet, bien que l’Ancien Testament semble parler d’un seul jour de jeûne par an instauré par Dieu 2 (le Yom Kippour dans Lévitique 16.29) les pharisiens ont poussé bien plus loin la pratique jusqu’à jeûner deux fois par semaine (Lc 18.11-123). Si le jeûne est pratiqué si assidument par les ennemis de Jésus, il n’est pas si évident que le jeûne soit aussi recommandé pour les chrétiens.

Pourtant, quand on regarde les exemples de Jésus, Paul et de l’Église primitive, on s’aperçoit qu’ils accordaient de l’importance au jeûne.

L’exemple positif dans le Nouveau Testament

1. Jésus jeûnait

Au tout début du ministère de Jésus, le Saint-Esprit l’a conduit dans le désert pour qu’il jeûne 40 jours et 40 nuits (Mt 4.1-2; Lc 4.1-2). Bien sûr en soi, ce n’est pas une preuve suffisante, car le chrétien n’est pas appelé à faire tout ce que Jésus a fait.

2. L’apôtre Paul jeûnait

L’apôtre Paul énumère en 2 Corinthiens 11 les nombreuses souffrances qu’il a endurées et mentionne avoir souvent été « dans les jeûnes ». On pourrait supposer qu’il parle de jeûnes forcés, des jeûnes dus à ses emprisonnements. Mais ce n’est probablement pas le cas, car il mentionne aussi la faim et la soif dans le même verset et les distingue donc du jeûne qui serait plus volontaire (2 Co 11.27).

3. L’Église primitive jeûnait

Dans le livre des Actes, on voit que les premiers chrétiens n’ont pas cru que Jésus abolissait le jeûne. Au contraire, les responsables de l’Église d’Antioche jeûnent ensemble et c’est durant ce jeûne que Dieu met en route le plus grand mouvement missionnaire de tous les temps (Ac 13.1-3).
Un peu plus tard, on voit que le jeûne et la prière accompagnent la nominations d’anciens dans chaque nouvelle Église implantée (Ac 14.21-23).

Qu’en est-il donc? Pourquoi les premiers chrétiens ont-ils jeûné alors que c’est une pratique qui semble tellement religieuse? La raison se trouve dans l’enseignement de Jésus à propos du jeûne.

Jésus s’attend à ce que ses disciples jeûnent

Jésus s’attend à ce que nous jeûnions. Dans le « sermon sur la montagne » Jésus ne dit pas « Si vous jeûnez ». Plutôt il dit « Lorsque vous jeûnez » et « quand tu jeûnes » (Mt 6.16-17). Jésus s’attend à ce que le jeûne fasse partie de notre piété.

C’est encore plus clair en Marc 2 lorsque des pharisiens viennent demander à Jésus pourquoi ses disciples ne jeûnent pas. Sa réponse est étonnante comme nous le verrons dans le prochain article sur le nouveau sens que Jésus donne au jeûne. Mais notons en attendant que Jésus dit que les disciples ne peuvent pas jeûner tant qu’il est avec eux, mais que lorsqu’il leur sera enlevé ils jeûneront (Mc 2.20). À nouveau, Jésus en est certain. Ses disciples jeûneront après son départ.

Conclusion

Le jeûne est une pratique chrétienne, bien que le jeûne soit pratiqué par de nombreuses autres religions comme l’Islam ou le Judaïsme. En effet nous voyons que Jésus et les apôtres jeûnaient et que l’Église primitive aussi.

Pourtant, dans le prochain article nous verrons que Jésus n’instaure pas n’importe quel jeûne. Il introduit un nouveau jeûne. Un jeûne qui se démarque de tous les autres jeûnes.

 


    1. John Piper, A Hunger for God, 1997, Crossway, p. 26-27 
    2. John Piper, A Hunger for God, 1997, Crossway, p. 26 
    3. L’Église catholique à instauré le Carême au IVe siècle. C’était une période de jeûne stricte. Depuis 1949, elle a réduit les jeûnes officiels à deux jours par an. Mais en plus de cela, dans le code du droit canonique, il est dit de s’abstenir de manger de la viande (ou d’une autre nourriture) chaque vendredi de l’année. Source: Eglise-Catholique.fr 

Reçois la Bible sans numérotation de versets et chapitres!

Disciplines spirituelles light

Un cadeau créé par l'équipe TPSG avec la traduction Segond 1910!

Zéro spam. Promis! Powered by ConvertKit

Stéphane Kapitaniuk

Disciple de Jésus. Mari de Hanna. Papa de Noah et de 3 enfants repris dans le ventre de leur maman. Stéphane est le pasteur principal d'une implantation d'Église à Pont de Chéruy à 15 minutes de l'aéroport de Lyon St-Exupéry. Stéphane est diplômé de l’Institut biblique de Genève. Avec Hanna, il a fondé ChezCarpus.com, une librairie chrétienne de livres d'occasion. Il aussi créé plusieurs formations pour le logiciel biblique Logos (dont cette mini formation gratuite).Découvrez ici les articles qu'il vient de publier sur son blog.

https://stephanekapitaniuk.toutpoursagloire.com

Articles pouvant vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PARCOURS EMAILS GRATUIT
6 jours pour approfondir ma vie de prière
close-link
Les cookies assurent le bon fonctionement de notre site internet. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.
close-image