Le vrai « esprit de Noël » c’est au moins ces 3 émotions

Je me suis préparé pour Noël cette année en méditant Luc chapitres 1 et 2. Quels beaux chapitres!

Ces deux premiers chapitres parlent beaucoup des émotions variées d’hommes et de femmes qui réagissent aux événements autour du premier Noël. Au moins trois de ces émotions me semblent essentielles à chaque Noël.

Ça fait longtemps que je voulais écrire ce billet, mais Noël approche et je n’arrive pas à trouver le temps pour l’écrire. Cet article sera donc bref. En fait, il n’est pas si bref que ça, mais plus court que je l’aurais souhaité! Je vous invite donc, après cet article, à relire Luc 1–2 et méditer sur ces beaux récits par vous-même.

Émotion n°1: Noël inspire la crainte

C’est l’émotion la moins présente aujourd’hui à Noël, mais le premier Noël inspira la crainte. Luc souligne beaucoup que l’intervention de Dieu dans l’histoire des hommes inspire la peur.

Zacharie est effrayé par l’apparition de l’ange Gabriel (Lc 1.11-13). Il n’est pas précisé si Marie est effrayée par Gabriel (elle est « bouleversée »), mais l’ange la rassure avec les mêmes mots que pour Zacharie: « Sois sans crainte » (Lc 1.30).

Ce thème de la crainte continue dans le chant de louange de Marie où elle dit que la grâce de Dieu, sa miséricorde sont accordées à « ceux qui le craignent. » (Lc 1.50).

Il faudrait aussi mentionner la crainte qui s’empare des voisins de Zacharie et Élisabeth lors des événements autour de la naissance de Jean le Baptiseur (Lc 1.65). Il y a aussi l’apparition de l’ange à des bergers qui leur inspire une grande crainte.

Noël, c’est Dieu qui agit d’une manière toute particulière dans nos vies. Mais il ne faut pas oublier que c’est Dieu qui agit. Le Dieu trois fois saint, créateur de l’univers entier. La simple apparition de ses messagers inspire la crainte. Combien plus sa personne même! Noël, c’est un rappel que nous sommes des créatures. Nous sommes des pécheurs. Et l’action, la proximité et la présence de Dieu inspirent la crainte.

Mais le début de Luc apporte aussi de l’espoir. L’ange Gabriel dit bien à chaque fois “Sois sans crainte”. Et l’ange qui annonce la naissance de Jésus aux bergers le dit aussi: “Soyez sans crainte.” Et c’est bien grâce à la venue de Dieu parmi les hommes à Noël qu’on va enfin “pouvoir sans crainte lui rendre un culte dans la sainteté et la justice, en sa présence, tout au long de nos jours.” (Lc 1.74-75).

Émotion n°2: Noël récompense l’humilité

Alors que Noël est aujourd’hui la fête du shopping, le moment de l’année où l’on achète (et où l’on mange) les mets les plus chers, le premier Noël était au contraire une fête pour les pauvres, les marginalisés et les humbles.

C’est le psaume de Marie qui démarre le thème du “renversement des statuts” (comme l’appelait notre professeur Dominique Angers à l’institut biblique) en Luc 1.51-53:

Il a déployé la force de son bras ;
Il a dispersé ceux qui avaient dans le cœur des pensées orgueilleuses,
Il a fait descendre les puissants de leurs trônes,
Élevé les humbles,
Rassasié de biens les affamés,
Renvoyé à vide les riches.

On voit que la venue du Messie à Noël va être une mauvaise nouvelle pour les orgueilleux et les puissants. Mais l’action de Dieu dans l’histoire des hommes est une bonne nouvelle pour ceux qui craignent Dieu (émotion n°1) et ceux qui le craignent le plus facilement sont ceux qui sont humbles (émotion n°2). Dit autrement, la Bonne Nouvelle de la grâce de Dieu est reçue plus souvent comme une bonne nouvelle (ce qu’elle est) par ceux qui sont pauvres, marginalisés, qui ont cessé de compter sur leur propre force. Bien évidemment, ce ne sont pas tous les pauvres qui sont naturellement sauvés, ni tous les riches qui sont perdus. C’est l’attitude qui est avant tout soulignée.

Ce thème est ensuite développé en Luc chapitre 2. Mais je vous laisse lire l’excellent article de Dominique Angers sur cela. Que son article soit utilisé pour nous émerveiller devant l’humilité de notre Roi et Sauveur Jésus qui a quitté son trône et s’est abaissé pour venir jusqu’à nous!

Émotion n°3: Noël produit la joie

En ceux qui craignent Dieu et qui se reconnaissent humbles et pauvres, le véritable Noël produit enfin une joie incomparable.

C’est l’ange Gabriel qui mentionne le premier la joie dans l’Évangile selon Luc. Quand il annonce à Zacharie que sa femme Élisabeth tombera enceinte et lui donnera un fils (bien qu’elle soit stérile et trop âgée pour avoir des enfants), Gabriel dit que cet enfant sera une source de joie pour ses parents et pour beaucoup d’autres: “Il sera pour toi un sujet de joie et d’allégresse, et beaucoup se réjouiront de sa naissance.” (Lc 1.14)

Cette joie est omniprésente dans Luc 1 et 2. Mais cette joie est décrite de manière très variée. On parle de joie, de grâce, de honte enlevée, de délivrance, de salut, de pardon des péchés, de chants de louange et de reconnaissance envers Dieu. Le début de Luc est un véritable feu d’artifice de joie!

Conclusion

Il y a bien évidemment bien plus dans ces deux premiers chapitres de Luc que ces 3 émotions. Mais j’espère que ce billet nous donne envie, ce Noël, de méditer la Bible et de demander à Dieu que cette année encore, le vrai Noël nous inspire une crainte, une humilité et une joie profonde qui ne dépendent pas de notre santé, de ce qui est sur notre assiette ni de nos cadeaux. Une joie que personne ne peut nous enlever parce que Dieu s’est approché de nous. Dieu est devenu homme. Dieu s’est abaissé pour pouvoir nous sauver et nous pardonner.

Et si c’est le premier Noël où vous vous intéressez aux textes bibliques, je vous invite à croire. C’est un autre thème important de ces deux premiers chapitres de l’Évangile selon Luc. Mais je vous laisse relire Luc 1 et 2 par vous-mêmes pour découvrir cela.

Pour aller plus loin

Reçois la Bible sans numérotation de versets et chapitres!

Un cadeau créé par l'équipe TPSG!

Zéro spam. Promis. Powered by ConvertKit

Stéphane Kapitaniuk

Disciple de Jésus. Mari de Hanna. Papa de Noah et de 3 enfants repris dans le ventre de leur maman. Stéphane est le pasteur principal d'une implantation d'Église à Pont de Chéruy à 15 minutes de l'aéroport de Lyon St-Exupéry. Stéphane est diplômé de l’Institut biblique de Genève. Avec Hanna, il a fondé ChezCarpus.com, une librairie chrétienne de livres d'occasion. Il aussi créé plusieurs formations pour le logiciel biblique Logos (dont cette mini formation gratuite).Découvrez ici les articles qu'il vient de publier sur son blog.

https://stephanekapitaniuk.toutpoursagloire.com

Articles pouvant vous intéresser

Les cookies assurent le bon fonctionement de notre site internet. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.
close-image