L’Évangile: 17 vérités des premiers 17 versets de Romains

L’Évangile n’est pas juste pour les pas-encore-chrétiens. Une bonne image de cela, c’est une maison. L’Évangile n’est pas la porte d’entrée par laquelle on entre pour être sauvé. Une fois entré, la porte ne sert plus à rien. Plutôt, l’Évangile est une maison dans laquelle on entre pour y vivre et être en sécurité et y être bien. L’Évangile, c’est ce qui est central pour toute la vie du chrétien, du début jusqu’à la fin. C’était certainement le cas pour l’apôtre Paul.

En étudiant le début de Romains (souvenez-vous, c’est la lettre qui a changé le monde), j’ai été étonné de voir combien Paul a un seul sujet et combien il y revient toujours: l’Évangile. Dans les 17 premiers versets, Paul dit au moins 17 vérités à propos de l’Évangile. Voici la liste que ça donne:

  1. L’Évangile vient de Dieu (Ro 1.1).
  2. L’Évangile est promis dans l’Ancien Testament (Ro 1.2).
  3. L’Évangile est un message concernant le fils de Dieu:  Jésus, l’homme-Dieu mort et ressuscité par la puissance de l’Esprit saint (Ro 1.3).
  4. L’Évangile apporte la grâce. Certes dans le texte, c’est une grâce qui confie une mission, mais c’est une grâce, un cadeau, un privilège immérité (Ro 1.5).
  5. L’Évangile nous met au travail (d’être apôtre, d’être missionnaire) (Ro 1.5).
  6. L’Évangile est pour toutes les nations (Ro 1.5).
  7. L’Évangile s’obtient par la foi (Ro 1.5 et bien sûr Ro 1.16, 17).
  8. L’Évangile est un appel de Jésus-Christ (cf la logique enchainée de Ro 1.1, 5, 6 et 7).
  9. L’Évangile nous offre un médiateur par lequel on s’approche de Dieu (cf. “par Jésus-Christ” de Ro 1.8).
  10. L’Évangile nous pousse à louer Dieu (Ro 1.8).
  11. L’Évangile est une source d’encouragement et de croissance (Ro 1.11-12).
  12. L’Évangile se prêche (Ro 1.15).
  13. L’Évangile porte du fruit (Ro 1.13-15).
  14. L’Évangile est une puissance de Dieu pour sauver (Ro 1.16).
  15. L’Évangile sauve, sans discrimination de race (Ro 1.16)
  16. L’Évangile révèle la justice de Dieu (Ro 1.17), c’est à dire révèle à la fois ce que Dieu exige pour être parfait et les moyens d’y parvenir.
  17. L’Évangile est reçu et gardé uniquement par la foi (Ro 1.17).

Qui arrivera à trouver la 18e vérité dans ces versets? Je suis sûr qu’il y a bien plus!

Reçois la Bible sans numérotation de versets et chapitres!

Un cadeau créé par l'équipe TPSG avec la traduction Segond 1910!

Zéro spam. Promis! Powered by ConvertKit

Stéphane Kapitaniuk

Disciple de Jésus. Mari de Hanna. Papa de Noah (5 ans), Théa (bébé) et de 3 enfants repris dans le ventre de leur maman. Stéphane est un pasteur diplômé de l’Institut biblique de Genève. Il est le co-fondateur et directeur de ToutPourSaGloire.com. Après 6 ans de ministère pastoral, Stéphane est retourné à un autre de ses amours: les livres. Il est le responsable communication pour BLF Éditions, un éditeur évangélique. Avec son épouse, il a aussi fondé ChezCarpus.com, la première librairie chrétienne de livres d'occasion. Il est aussi le créateur de plusieurs formations pour le logiciel biblique Logos (dont cette mini formation gratuite).

https://stephanekapitaniuk.toutpoursagloire.com

Articles pouvant vous intéresser

  • corinne dit :

    levagile cest une nouriture qui nous donne de plus en plus soif

  • Franck dit :

    Chère Lise,
    La recension de Tim Challies est en cours de traduction par nos équipes. Si vous lisez l’anglais vous pourrez déjà en profiter sur son blog ou encore sur le site de CBWM. Bonne journée

    • Lise Sch dit :

      Super ! Je file voir ça ! Merci, et bonne semaine !

    • Lise Sch dit :

      J’ai lu la recension, j’ai relu cet article et celui « arrêtez de me dire que je suis précieuse », et j’aimerais te poser une question.
      Ça ne concerne du coup que le point 4 et plus précisément Coeur de femme.

      Je comprend en quoi Coeur de femme peut être un danger, je comprends aussi pourquoi tu dis qu’un bon livre est un livre centré sur la croix. Mais est ce que dire simplement ça n’enlève pas un peu notre responsabilité dans le fait de faire passer tout ce qui passe par nos yeux, nos oreilles ou nos pensées par le filtre de la croix ?

      Je dis ça parce que j’ai lu ce livre – malgré ma réticence envers les bouquins « destinés aux femmes » qui sont souvent injustes et pitoyables, et SURTOUT malgré la première de couv’ française (je sais, je juge à l’apparence, j’ai encore du chemin à faire, haha).
      J’ai lu ce livre et même s’il cite beaucoup de films et de romans, même s’il a sa version bien particulière des femmes de la bible, il m’a appris des choses sur moi, sur mon mari, sur le coeur de la femme, sur Dieu.

      Pourtant, Tim Shallies, et toi aussi si j’interprète bien, semble le considérer comme une hérésie. De la psychologie populaire, du sucre rapide…
      Finalement ce qui me gène ici est la même chose qui m’a gênée dans l’article « arrêtez de me dire que je suis précieuse ». C’est qu’il tranche dans une extrémité sans se soucier des femmes qui, elles, auraient désespérément besoin qu’on leur rappelle qu’elles sont précieuses – et ce sans en arriver à dire qu’elles n’ont pas besoin d’un Sauveur, by the way !
      De la même façon, j’ai l’impression qu’ici tu tranches qu’il n’y a décidément rien de bon à tirer de ce livre – alors que dans ma vie, dans ma foi, j’y vois des effets dignes d’un sucre lent 🙂

      Ma question est donc la suivante : déconseilles-tu seulement « aux mamans occupées et pieuses » de lire ce livre, du moins de le mettre très bas dans la liste de leurs priorités en matière de lecture, ou le déconseilles-tu à tout un chacun ?
      Et aussi, as-tu lu ce livre ? Ta femme l’a-t-elle lu ? Outre les points que donne Shallies, vous avez soulevé d’autres choses ?

      • Franck dit :

        Bonjour Lise,
        Non, ni moi ni Flavie n’avons lu le livre. Nous vivons réellement le conseil du point 4 : les recensions de Tim Challies et surtout Elaine Pratt (CBMW) nous ont suffit pour ne pas nous lancer dans cette aventure. Cependant, j’avais personnellement lu la version masculine « Indomptable » il y a quelques années, de la même trempe.
        Comme le dit Elaine Pratt il y a bien des contextes dans lesquels on peut « faire la part des choses », vous avez raison. Ce livre ne semble pas en faire partie. C’est sur la base de ces recensions que je le déconseillerai aux mamans occupées. Elles ont trop peu de temps/énergie pour s’y attarder.

        Néanmoins, si vous trouvez que l’analyse de ces 2 blogs est faux, nous sommes sincèrement intéressés par une contre-réponse de la part d’une lectrice. Vous pourriez aussi apporter des arguments en faveur de la lecture de ce livre?

        Enfin, veuillez pardonner la gêne que peut occasionner la forme de certains de mes billets. Si mon manque de tact vous a blessé, considérez ces allusions comme un désir maladroit de prendre soin de nos précieuses mamans occupées.
        Considérez aussi nos coeurs tordus qui ont du mal à faire une croix (sans jeu de mot) sur ce qui les caresse dans le sens de leurs poils de fierté et d’égocentrisme. Certaines de nos soeurs peuvent avoir du mal à voir comment un livre qui les exalte en tant que « summum de la création » ne leur est pas bénéfique; d’autres connaissent bien le piège.

        Merci pour vos réactions profondes et sincères

  • >