LIVRE La Bible Filotéo en BD

Une nouvelle Bible en BD vient de paraître. Cette Bible des éditions Bayard, s’ajoute aux nombreuses Bibles en BD sur le marché. Faut-il s’empresser de l’acheter? Est-ce un nouveau classique? Voici une évaluation détaillée. Mais pour ceux qui sont pressés, mon avis en deux mots est: «laissez tomber».

Je me suis posé trois questions sur cette nouvelle Bible:

• Les dessins sont-ils agréables?
• Le texte biblique est-il respecté?
• Est-ce une Bible que je pourrais recommander ou offrir à mes enfants ?

Voici mes conclusions.

Les dessins sont-ils agréables?

Réponse : Mon avis est mitigé. Ça dépend vraiment des épisodes. Certains sont vraiment bien. Coup de cœur en particulier pour Philippe Nicloux qui a dessiné les épisodes de Caïn et Abel, le prophète Samuel et des rois David et Salomon. D’autres ne sont pas vraiment des bandes dessinées. Et quelques uns ne semblent même pas terminés. Globalement, je regrette un manque d’expressivité dans les dessins. Il y a aussi un manque d’homogénéité entre les épisodes et même dans des épisodes. Exemple pages 370 et 371 :

Jésus expressif

 

Judas vraiment pas expressif

Les dessins sont souvent plus des illustrations que de la véritable BD. Les scénarios vont aussi parfois trop vite. Particulièrement avec l’histoire de Jésus. Mais je concède que les épisodes de 14 pages en sont pour quelque chose. Difficile de développer une histoire en si peu de pages.

Le texte biblique est-il respecté?

Réponse : Non. Pas du tout.
Voici ce que j’entends par là. Il y a deux partis à cette Bible. Les épisodes de BD et les doubles pages documentaires. Les bandes dessinées ont des problèmes, mais ce sont en particulier les pages documentaires qui ruinent le livre.

Pages documentaires

C’est la catastrophe du livre. Chaque page semble contenir des erreurs. Les pages documentaires sont écrites comme si les auteurs avaient la mission de détruire tout sens biblique de chaque épisode, au cas où l’enfant commençait à y croire. On pourrait s’arrêter là. Mais si vous êtes curieux de ce qui est dit, vous trouverez une liste d’exemples un peu plus bas.

Quel est l’objectif de ces pages documentaires?

La présentation de la BD l’explique : « éclairer l’histoire sous un angle historique et philosophique. » Je pèse mes mots en disant que les « experts » qui on réalisé ces pages sont arrogants, prétentieux, malhonnêtes intellectuellement et fous. Ils viennent au texte biblique avec de nombreux a priori. Cumulé à un manque d’études historiques sérieuses et quasiment aucune rigueur intellectuelle, c’est une catastrophe.

Je m’explique. Les encarts documentaires adoptent dès la première page une perspective humaniste. Entendez par là deux choses :

1. Une vision du monde centrée sur l’homme.
2. L’arrogance moderne d’avoir tout compris et d’être supérieur à tous ses prédécesseurs.

Partant de leur hypothèse que la Bible est écrit par des hommes qui décrivaient leur expérience subjective d’un dieu qui ne parlait pas, les auteurs n’ont pas de respect pour le texte biblique.
Partant de l’hypothèse que la Bible est vieille de seulement 2700 ans, ils supposent que la Bible n’est souvent qu’une copie d’autres mythes plus anciens.
Partant de l’hypothèse que le surnaturel n’existe pas (ou peu), ils supposent que la plupart des miracles et récits surnaturels de la Bible ne sont que des images ou des allégories illustrant une vérité philosophique.

Quelques exemples de leurs efforts de saper toute l’autorité de la Bible

Je me retiens de (trop) commenter. Les citations qui suivent sont toutes tirées de la Bible Filotéo en BD:

– Sur l’origine de la Bible. Page 10-11, on lit « Il y a très longtemps, des croyants, juifs puis chrétiens, ont voulu exprimer leur foi en Dieu. […] En racontant l’histoire de leur peuple et de leurs ancêtres, ils ont montré qui était Dieu pour eux : un Dieu qui aime les hommes et qui veut leur bonheur. »

– Concernant la création du monde le commentaire page 22-23 dit que le texte fut écrit alors que les juifs étaient en captivité à Babylone. « Des prêtres on alors utilisé des légendes qui existaient chez des peuples voisins. Et ils ont écrit ce récit poétique pour que le peuple retrouve confiance en Dieu. Il veut dire que, même au cœur du chaos, Dieu crée de la vie. Et que cette vie est bonne et belle. » Cette même page dit aussi : « En réalité, le monde n’a pas été créé en sept jours. Ce récit n’est ni scientifique ni historique. Ses auteurs ont voulu dire aux hommes que Dieu est présent au cœur de toute la création. » Ah bon ? Vraiment ?! Heureusement que les « experts » savent tout ça.

– Au sujet d’Adam et Eve page 38-39 : « Ce récit très ancien est né il y a près de 3 000 ans. Les croyants juifs qui l’ont raconté ne voulaient pas décrire l’apparition de l’Homme telle qu’elle s’est vraiment passée. Ils voulaient plutôt parler de leur relation avec Dieu. Ainsi, Adam et Ève représentent les hommes et les femmes de tous les temps, d’hier comme d’aujourd’hui. Adam et Ève, c’est nous !

– Au sujet de Caïn et Abel : « Comme d’autres textes anciens de la Bible, le récit d’Abel et Caïn est un « mythe ». Les mythes sont des histoires inventées pour parler de thèmes difficiles comme l’origine du monde ou la présence de la violence sur Terre. » « Le plus intéressant dans cette histoire, c’est ce qui pousse Caïn à tuer son frère. Dieu préfère-t-il vraiment Abel ? Caïn a-t-il raison d’être jaloux ? En réalité, l’erreur de Caïn est de douter de Dieu et de croire que celui-ci préfère Abel et son offrande. Caïn a une fausse idée de Dieu ». Ah oui ? Encore heureux que vous ne connaissez pas ce problème, que vous avez une vraie idée de qui est Dieu…

– Pages 60-61, « Dans le récit de Noé, on trouve que ce Dieu est bien coléreux. Les hommes n’agissent pas comme il veut et le voilà qui détruit tout ! En réalité, cela reflète la manière dont les hommes imaginaient Dieu ». Mais bien sûr… que non ! Dieu est en colère contre la folie, la rébellion et l’imbécillité des hommes. A ce que je vois, ça n’a pas trop changé.

Tour de Babel : « Comme ce serait triste si tous les peuples sur Terre se ressemblaient ! Voilà ce que cherchent à dire les croyants qui ont écrit ce récit. Nos différences rendent la vie beaucoup plus riche ! » No comment. Vraiment.

A propos de Joseph et sa capacité d’interpréter les rêves : « Pour les peuples de l’Antiquité, les rêves étaient des messages de Dieu qu’il fallait apprendre à décoder. »

– Au sujet du surnaturel dans les évangiles, « Dans la vie de Jésus, il y a des épisodes qui ont certainement eu lieu, et d’autres qui ont été imaginés pour parler de Dieu et de sa rencontre avec les hommes. » Au sujet des miracles, « Aujourd’hui on pense que certains miracles sont des « images » pour mieux nous aider à comprendre Jésus. Ainsi, à cette époque, l’eau était un symbole de la mort. Écrire que Jésus avait marché sur l’eau ou calmé une tempête était donc une façon de dire que Jésus était plus fort que la mort ! »

Sur le sens de la croix, ils disent carrément n’importe quoi. Pas une mention de mourir pour nos fautes. Pas un mot sur la notion de sacrifice. Ils disent : « Jésus a voulu donner le dernier mot non pas à la violence ni à la vengeance mais à l’amour, comme il l’avait fait tout au long de sa vie. »

Sur la résurrection : « Personne n’a de preuve historique ou scientifique que Jésus est ressuscité. »

Bref, les commentateurs ont un objectif : s’assurer que votre enfant ne prenne pas au sérieux ce que dit la Bible. Leur ton condescendant agace vite. On finit par en être exaspéré.

Les épisodes de BD

Après le massacre des pages documentaires, faut-il en dire plus sur les pages de BD? Globalement, c’est pas aussi mauvais. Évidemment, quelques libertés artistiques sont prises. Mais cela reste généralement tout a fait admissible. Ces libertés sont necessaires pour que le scénario se tienne et que les transitions soient comprises.

Juste un exemple d’un épisode qui perd la force du texte original. Dans le match entre le prophète Élie et les prophètes de Baal, page 268, le scénario oublie l’un des aspects les plus extraordinaires. Il n’y a aucune mention du fait qu’Élie creuse une tranché autour de son autel et verse beaucoup d’eau sur le bois jusqu’à remplir la tranché. Puis le feu venu de Dieu évapore complètement toute l’eau.

Note pour le discernement des parents : les deux épisodes de la Genèse dépeignent Adam et Eve comme ils étaient. Aucune feuille ou arbre stratégiquement placé. On voit aussi l’accouchement d’Eve.

Est-ce que c’est une Bible que je pourrais recommander ou offrir à mes enfants?

Réponse : Non. Ne perdez pas votre temps avec cette Bible.

Sauf si…
1. Vous êtes déjà convaincus que la plupart des récits bibliques sont des mythes.
2. Que vous croyez que la Bible est écrite par des hommes qui décrivaient leurs impressions subjectives d’un dieu qui ne parlait pas aux hommes.
3. Que vous ne pensez pas que la Bible a de l’autorité, ni de l’importance aujourd’hui, dans nos vies et notre société.
4. Vous ne voulez pas changer d’avis sur les trois points précédents.

Conclusion

La Bible en BD de Filotéo a de gros problèmes. Dans le comité de rédaction, c’est clairement Filotéo qui a gagné. Ça donne donc plutôt Filotéo en BD qu’une Bible en BD. Que vous soyez catholique ou protestant, cette BD est à éviter. Désolé pour les artistes qui ont planché dessus.

Cette bande dessinée est illustrée par de nombreux artistes: Aurélie Abolivier, Pierre Bailly, Hélène Georges, Judith Gueyfier, Élisa Laget, Johann Le Berre, Philippe Le Coq, Bertrand Marchal, Alban Marilleau, Didier Millotte, Philippe Nicloux, Vincent Perriot, Clotilde Perrin, Mathieu Sapin. Je suis curieux de savoir combien d’entre eux sont évangéliques et ce qu’ils pensaient du projet.

Vous pouvez trouver La Bible en BD Bayard sur Amazon

MAJ: Suite à des remarques, j’ai modifié l’article. Pour mieux mettre en valeur le vrai problème, j’ai retiré la plupart de mes critiques des épisodes de BD. En effet, le plus grand problème est la lignée éditoriale. Cela se ressent en particulier dans les pages documentaires. Ces modifications ont l’avantage de rendre l’article plus court.

Reçois la Bible sans numérotation de versets et chapitres!

Un cadeau créé par l'équipe TPSG!

Zéro spam. Promis. Powered by ConvertKit

Stéphane Kapitaniuk

Disciple de Jésus. Mari de Hanna. Papa de Noah et de 3 enfants repris dans le ventre de leur maman. Stéphane est le pasteur principal d'une implantation d'Église à Pont de Chéruy à 15 minutes de l'aéroport de Lyon St-Exupéry. Stéphane est diplômé de l’Institut biblique de Genève. Avec Hanna, il a fondé ChezCarpus.com, une librairie chrétienne de livres d'occasion. Il aussi créé plusieurs formations pour le logiciel biblique Logos (dont cette mini formation gratuite).Découvrez ici les articles qu'il vient de publier sur son blog.

https://stephanekapitaniuk.toutpoursagloire.com

Articles pouvant vous intéresser

Les cookies assurent le bon fonctionement de notre site internet. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.
close-image

Un pasteur vous répond EN DIRECT


Votez pour les questions auxquelles Florent Varak devra répondre !

Le mardi 5 mars à 20h30
JE RÉSERVE MA PLACE MAINTENANT
close-link