Lire ensemble Le Principe du Trésor – Chapitre 1

Un blog c’est bien, mais on peut parfois tomber dans le piège de l’instantané, du précuit. Un bon livre a eu le temps de faire ses preuves, de mériter notre attention et notre temps. On recommence donc une bonne tradition: nos groupes de lecture! On va lire ensemble le petit livre de Randy Alcorn: Le Principe du Trésor. Cette semaine on discute du Chapitre 1.

Comme d’habitude, je fais quelques remarques ci-dessous, puis à vous de nous dire ce que vous retirez du chapitre en laissant un commentaire.

L’importance du sujet du livre

Jésus parlait beaucoup de la gestion de l’argent et des biens matériels. Randy Alcorn a réalisé que 15% «des paroles de Jésus sont en rapport avec ce sujet. C’est plus que les enseignements sur le ciel et l’enfer réunis!» (p.12) Le sujet est donc a priori très important.

Jésus parlait beaucoup de ces choses parce notre façon de gérer les finances reflète l’état de notre foi en Dieu. En étudiant la prédication et l’enseignement de Jean-Baptiste, l’auteur a réalise que Jean ne pouvait pas appeler à la repentance sans aborder concrètement ce que ça devrait changer dans notre gestion matérielle et financière (Luc 3).

4 Choses que je retiens de ma lecture

1. J’aime le fait qu’Alcorn précise que Jésus est notre plus grand trésor. C’est très important de souligner cela. Car le reste du livre pourrait donner parfois l’impression qu’on n’agit que dans l’intérêt d’une récompense, qu’on est motivé égoïstement. Mais ce n’est pas le cas. La promesse d’être en la présence de Jésus est pleinement suffisante. Et pourtant, Dieu a trouvé bon de nous réserver plusieurs niveaux de récompenses au Ciel:

Il va de soi que notre ultime trésor est Jésus lui-même. Tout le reste pâlit en comparaison de sa personne et de la joie de le connaître (Philippiens 3.7-11). Notre premier trésor est une personne: Jésus. Notre second trésor est un lieu: le ciel. Les biens, récompenses éternelles, sont le troisième. Pour qui vivez-vous? Pour quel lieu vivez-vous? Pour quels biens vivez-vous? (p.21)

2. Randy Alcorn écrit super bien. Ce ne sont pas seulement les nombreuses illustrations qui rendent la lecture agréable. C’est le ton employé qui est chaleureux et le style qui est simple. Ça fait des années que je n’ai pas lu un de ses livres. C’est un auteur doué. Ça me donne envie de m’attaquer (un de ces jours) à Heaven, son classique sur le Ciel.

3. Le texte biblique principal du chapitre 1 est l’évangile selon Matthieu 6.19-21:

Ne vous amassez pas de trésors sur la terre, où les vers et la rouille détruisent et où les voleurs percent et dérobent, mais amassez des trésors dans le ciel, où ni les vers ni la rouille ne détruisent, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent. Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur.

C’est à partir de cet enseignement de Jésus, que Randy Alcorn formule le fameux Principe du trésor: «Vous ne pouvez pas l’emporter, mais vous pouvez l’envoyer au ciel avant vous.» Le principe résume le côté temporaire de notre vie, nos biens et notre argent et il nous invite donc, vu qu’on laisse tout derrière à notre mort, de les gérer en ayant une perspective éternelle.

C’est aussi simple que cela. Et si vous n’en avez pas le souffle coupé, c’est que vous n’avez pas bien compris! Tout ce  quoi nous tentons de nous accrocher ici-bas sera perdu, mais tout ce que nous plaçons entre les mains de Dieu nous appartiendra pour l’éternité. (p.23)

4. J’ai apprécié le rapide survol des exemples dans le Nouveau Testament du lien entre spiritualité et bien matériels. C’est très utile et encourageant. Notre Église prêche a travers le livre des Actes cette année. La bonne ou mauvaise gestion des biens matériels est un des thèmes qui parcourt le livre. Luc nous montre par l’attitude et la générosité de l’Église comment Dieu a changé le cœur des croyants.

Bien sûr que ce n’est que le début. Randy Alcorn va développer son idée principale et la défendre contre les objections. Certains craignent peut-être une certaine forme de Théologie de la prospérité, mais on verra dans les prochaines semaines qu’il n’en est rien. Je me réjouis du prochain chapitre!

A vous de jouer: qu’est-ce qui vous a touché dans votre lecture du Principe du trésor? Laissez un commentaire!

Vous n’appartenez pas encore au groupe de lecture? Le groupe vient juste de commencer. C’est facile de rattraper! Le Principe du trésor est vendu sur Amazon pour 8,08€ (frais de port inclus) et la version Kindle est à -50% (3,99€). Il est aussi sur le site de l’éditeur, les éditions BLF (sympa de soutenir nos éditeurs! D’ailleurs, l’intégralité du livre est disponible en PDF sur le site de BLF) et bien sûr à la CLC et la MB.

Planning de lecture des prochaines semaines

  • 31 mars: Je publie un article sur le Chapitre 1 et on en discute dans les commentaires.
  • 7 avril: idem pour le chapitre 2.
  • 14 avril: idem pour le chapitre 3.
  • 21 avril: idem pour le chapitre 4.
  • 28 avril: idem pour le chapitre 5.
  • 5 mai: idem pour le chapitre 6 et conclusion.

Stéphane Kapitaniuk

Je suis un disciple de Jésus. Mari de Hanna. Papa de Noah (7 ans), Théa (2 ans) et de 3 enfants repris dans le ventre de leur maman. Directeur général de BLF Éditions depuis 2021, après des études de théologie et 6 années de ministère pastoral. J'aime bien lancer de nouvelles initiatives. Découvrez BLFKids.com, un projet spécial parents, ainsi que BLFAudio.com, la première librairie chrétienne de livres audio. J'ai aussi fondé avec Hanna ChezCarpus.com, la première librairie chrétienne de livres d'occasion. Je propose aussi plusieurs formations pour le logiciel biblique Logos (dont cette mini formation gratuite).

https://stephanekapitaniuk.toutpoursagloire.com

Articles pouvant vous intéresser

  • Guéna Couret dit :

    Une chose m’a marquée, je la retranscris avec mes mots :
    Jésus ne nous dit pas de ne pas amasser de trésors. Au contraire, Il nous commande de le faire !
    Il nous demande d’accumuler des trésors. Au ciel.
    What an excellente perspective !

  • Samuel Ramos dit :

    Merci de l’occasion de donner de pouvoir échanger sur ce livre, une occasion de mettre par écrit mes pensées, et de les organiser et quelque part, de les figer aussi.

    Un retour sur l’introduction et le chapitre 1 sur le principe du trésor de Randy Alcorn

    1/ Retour sur les motivations avant la lecture de ce livre

    Je suis responsable dans une Eglise dans le Sud de la France, et je suis aussi Expert-comptable. J’ai créé un cabinet (à partir de rien) et après 4 ans je gagne très bien ma vie.
    Regardant parfois ma réussite professionnelle avec un regard extérieur, je me pose parfois la question du pourquoi de celle-ci.
    Est-elle une bénédiction de Dieu ? ou le produit d’une certaine compromission avec le monde ?

    Mon métier n’est pas facile à exercer avec une totale intégrité, même si je m’efforce de l’exercer avec le plus possible de discernement. Ce n’est pas toujours facile.

    La bénédiction de Dieu est souvent bien loin de celle que l’on croit être. Jésus a démontré que la bénédiction de Dieu était parfois attachée à une certaine défaite durant notre vie sur terre. C’est donc avec un peu de recul que je regarde ma réussite professionnelle.

    C’est avec cet arrière plan que j’ai voulu commencer cette lecture du livre que mon beau-frère m’a conseillé depuis longtemps.

    Et surtout, j’en attendais beaucoup, de manière pratique… Je crois connaître, mais je me demande pourquoi je n’applique pas vraiment ce que je crois connaître…

    Alors que faire ? Tout simplement, je vais essayer de démasquer peut-être les mécanismes de mon ancienne manière de vivre, qui m’amène à placer non ma confiance dans les promesses de Dieu mais dans ma capacité à satisfaire moi-même à mes besoins.

    Je viens donc avec des questions pratiques et des enjeux qui sont mon quotidien…

    2/ Retour sur la lecture

    Je suis touché par Randy Alcorn, comme toi, par son style facile à lire et sa joie de nous partager non pas un renoncement qui produirait beaucoup de tristesse, mais au contraire une joie qui bouleverse l’existence.

    Elle nous parle d’un trésor caché qui, une fois découvert, procure une joie qui bouleverse l’existence.[…] Certains ouvrages veulent motiver à donner généreusement en culpabilisant le lecteur. Ce n’est pas le cas de ce celui-ci. Ce livre parle d’autre chose : de la joie procurée par la libéralité.

    Je suis étonné, et j’avoue que j’attends avec impatience la suite.

    Je suis aussi très surpris par l’importance que Jésus donne au sujet, et j’avoue être assez convaincu par le parcours que l’auteur fait du sujet. Il nous montre avec clarté que la gestion de nos biens aura des conséquences très importantes sur notre vie spirituelle.

    Assis dans cet avion, j’ai compris que notre approche envers nos biens matériels était non seulement importante, mais capitale pour notre vie spirituelle.

    Je suis saisi et redécouvre un peu avec stupeur la parabole de Luc 12.15-20 :

    15 Puis il leur dit: «Gardez-vous avec soin de toute soif de posséder, car la vie d’un homme ne dépend pas de ses biens, même s’il est dans l’abondance.» 16 Il leur dit cette parabole: «Les terres d’un homme riche avaient beaucoup rapporté.17 Il raisonnait en lui-même, disant: ‘Que vais-je faire? En effet, je n’ai pas de place pour rentrer ma récolte. 18 Voici ce que je vais faire, se dit-il: j’abattrai mes greniers, j’en construirai de plus grands, j’y amasserai toute ma récolte et tous mes biens, 19 et je dirai à mon âme: Mon âme, tu as beaucoup de biens en réserve pour de nombreuses années; repose-toi, mange, bois et réjouis-toi.’ 20 Mais Dieu lui dit: ‘Homme dépourvu de bon sens! Cette nuit même, ton âme te sera redemandée, et ce que tu as préparé, pour qui cela sera-t-il?’ 21 Voilà quelle est la situation de celui qui amasse des trésors pour lui-même et qui n’est pas riche pour Dieu.»

    Comme nous le rappelle l’auteur, la principale accusation est portée sur la constitution de trésor pour soi-même.

    Dans mon cas, je fais partie de ceux qui travaillent dur, qui stockent, qui gagnent beaucoup sans forcement dépenser beaucoup, mais qui veulent sauvegarder leur futur…
    Je suis très touché, car à bien des égards, j’ai l’impression de ressembler à cet homme, dans sa volonté de construire des greniers plus grands avec la récolte obtenu.

    Pourtant, je ne me sens pas complètement découragé. Une lueur d’espoir pointe. Quel est le risque avec ces greniers, c’est que justement, ils deviennent mon assurance, et s’ils deviennent l’objet de ma foi, plutôt que Dieu lui-même qui donne à qui il veut.

    Randy Alcorn nous balaie quelques bibliques très clairs sur le caractère éphémère de nos possessions, et c’est sans doute le Proverbe 23.5, qui m’a le plus interpellé. Imaginer que nos possessions puissent s’envoler comme l’aigle, me permet de jeter un autre regard sur mes possessions.

    Le principe du trésor reste pour moi non seulement étonnant, mais stupéfiant :

    Vous ne pouvez pas l’emporter, mais vous pouvez l’envoyer au ciel avant vous.

    Le problème n’est pas dans ce que je gagne, mais dans le comment je gère ce que je gagne et comment ce que je gagne et ce que j’accumule est investi avec un pourcentage qui produit des dividendes exceptionnels et éternels.

    La joie, selon l’auteur, est au bout de ce concept révolutionnaire.

    Je commence à comprendre… et à espérer en même temps, que Dieu puisse utiliser ma réussite professionnelle comme vecteur de sa bénédiction…

    J’ai hâte d’aller plus loin dans ma lecture.

    Samuel Ramos

    PS1 : Je suis marié, j’ai deux enfants Nathan (5 ans) et Matthieu 2 ans et demi.

    PS2 : Lors du copier/coller (j’ai écrit sous Word), j’ai perdu la mise en page, enfin rien de bien grave, mais est-ce que c’est normal ?

  • >