Quels sont les meilleurs commentaires sur les Actes des apôtres?

Quel est le meilleur commentaire sur tel ou tel livre de la Bible? C’est une question qui revient souvent. Elle se pose à chaque fois que je prêche sur un nouveau livre biblique. Ayant récemment terminé de prêcher avec mon Église à travers les Actes des apôtres, je me suis dit que publier quelques notes sur mes commentaires préférés des Actes pourrait aider certains dans leurs choix et inspirer d’autres à aussi partager leurs conseils.

Soyons clairs: les commentaires bibliques ne sont pas incontournables. Il vaut mieux passer beaucoup de temps seul devant la Parole de Dieu, que beaucoup de temps dans les commentaires.

Mais, en même temps, j’apprécie de vérifier mes conclusions avec l’avis d’hommes plus sages qui ont lutté avant moi pour comprendre ce que dit Dieu. Un commentaire c’est souvent entre 10 et 30 ans d’expertise d’un professeur. C’est comme avoir un prof chez soi 24h/24 pour le prix d’un resto (ou deux). C’est peut-être pas le rêve de tout le monde, mais moi, j’aime!

Comment choisir?

Comment savoir quels commentaires d’un livre biblique utiliser? En anglais, on est aidé. Il y a par exemple le Survol de Don Carson des les commentaires du Nouveau Testament (excellent!) et celui de Tremper Longman III sur l’Ancien Testament (jamais lu). Et puis il y a ce site: BestCommentaries.com qui dit quels sont les ouvrages les plus recommandés en utilisant un algorithme élaboré. D’ailleurs, cet algorithme prend en compte ces listes de recommandations de Carson et de Longman III. Par contre en français, il n’existe rien, à ma connaissance. D’où l’idée de cette série d’articles.

Pourquoi cette liste de commentaires sur les Actes

Hier j’ai prêché ma dernière prédication sur les Actes. Ça faisait un an que notre implantation prêchait chapitre par chapitre tous les Actes des apôtres. C’était une bonne expérience pour notre Église.

Ce matin, je me suis dit que ça serait peut-être utile que je partage quels commentaires m’ont aidé. Mon avis sur ces quelques commentaires est bien sûr non-scientifique: je ne suis qu’un étudiant d’institut biblique en stage pastoral. Mais aucune ressource comme ça n’existe en français, peut-être qu’on peut la commencer ensemble?

Je propose donc cette liste, une ébauche si vous voulez. Je ne commente pas tous les commentaires que j’ai utilisé, mais ceux qui m’ont beaucoup aidé. Seuls 2 livres sur 5 sont français . La raison est simple: parce que j’ai quasi rien en Français (j’ai honte d’avouer, je n’ai même pas utilisé Calvin sur Actes, ne le possédant pas à l’époque). Mais c’est là que vous pouvez aider en ajoutant dans un commentaire vos recommandations!

Ma liste des meilleurs commentaires sur les Actes

Soyez dynamiques et Soyez Audacieux (Wiersbe)
soyez-dynamiques

Je confesse. Quand mon formateur m’a conseillé les commentaires de Wiersbe, j’étais bien surpris. Jusque-là j’avais ‘snobé’ les commentaires de ce monsieur. J’ai eu tort. Ils semblent peut-être superficiels, mais un point fort de Wiersbe est de faire ressortir des plans, des découpages intéressants du texte biblique. Comme ses commentaires sont tirés de ses prédications, ses illustrations et applications sont fréquemment utiles.

Acts (Marshall)

acts-howard-marshallExcellent. Commentaire d’un anglais simple qui cache une grande richesse. Marshall réussit à la fois de commenter les détails des passages et dégager les grandes idées du livre. Très utile pour prêcher sur des plus grandes portions des Actes d’un coup. Seul bémol, son introduction aux Actes est un peu courte (30 pages). On retrouve ce commentaire sur Amazon pour 13€, port inclus, dans les livres d’occasion!

The Acts of the Risen Lord Jesus (Alan J. Thompson)

acts-alan-j-thompsonPrécieux. Merci à Dominique Angers de m’avoir conseillé cet ouvrage en vue de prêcher les Actes. Thompson fait ressortir ce qu’il pense être l’idée centrale du livre des Actes et montre comment les différentes parties du livres contribuent à développer cette idée. Excellente aide pour dégager une idée centrale sur un texte d’une grande longueur. Ce livre n’est pas vraiment un commentaire sur les Actes, c’est plus une théologie biblique. Mais grâce à l’index des références bibliques, il me sert de commentaire! Seul bémol, je l’ai trouvé un peu faible sur les voyages missionnaires d’Actes 13, 14, 16-20.

Voilà donc les quelques livres que je conseille. J’ai apprécié bien d’autres commentaires. Mais je revenais constamment à ces trois commentateurs: Warren W. Wiersbe, I. Howard Marshall et Alan J. Thompson.

Autre commentaires que j’ai consulté:

Acts (Darrell L. Bock)

acts-bock J’ai acheté l’ouvrage de Bock trop tard pour pouvoir m’en servir dans ma préparation de la série. Mais je suis impressionné par le commentaire en deux volumes de Bock sur l’évangile selon Luc. Il apporte toujours quelque chose d’utile à mon étude du texte biblique. Si son volume sur les Actes ressemble à ses deux sur Luc, c’est un commentaire à acheter en priorité. Je n’ai pas été rebuté par le côté très académique du livre. La mise en page permet de vite faire le tri entre l’utile et le superflu.

The Book of Acts (F.F. Bruce)

book-acts-bruceC’est un des commentaires les mieux notés sur les Actes. Mais je ne l’ai pas trouvé aussi utile que ça. Pour dégager les fils directeurs du livre, Thompson m’aidait plus. Dans le détail, Marshall faisait largement l’affaire. Mais comme on trouve parfois le commentaire de Bruce deuxième main, je le signale.

The Acts of the Apostles (Ben Witherington III)

acts-witheringtonUn commentaire très bien noté sur les Actes. J’ai moins accroché qu’avec les autres. Et comme on est toujours pressé par le temps, je consultais en priorité Marshall, puis Bruce pour les questions techniques.

MÀJ DU 14/02/2017: avec le lancement du nouveau site, cet article avait besoin d’être remis en page. J’en ai profité pour le republier sur mon blog perso.

 

Et vous? Quels commentaires sur les Actes recommandez-vous?

Stéphane Kapitaniuk

Disciple de Jésus. Marié avec Hanna, ils sont parents du petit Noah et font partie d'une implantation d'Église à Pont de Chéruy, une ville à 40 minutes à l’Est de Lyon. Stéphane est diplômé de l’Institut biblique de Genève. Il aussi le créateur de plusieurs formations pour le logiciel biblique Logos (dont cette mini formation gratuite).

Articles pouvant vous intéresser

  • Paul Millemann

    Que penses-tu du commentaire de John Stott « The Messages of Acts ». J’ai bien apprécié de l’utiliser en complément de celui de Jean Calvin ?

    • Bonjour Paul,

      Je ne peux malheureusement pas te répondre. Je n’ai toujours pas le commentaire de Stott (en promo sur Kindle US: http://www.amazon.com/gp/product/B00KMDSS9A/ref=as_li_tl?ie=UTF8&camp=1789&creative=390957&creativeASIN=B00KMDSS9A&linkCode=as2&tag=notreegcom-20&linkId=XX4O35WW7HSG23ML en France, voici le lien: http://www.amazon.fr/gp/product/0851109624/ref=as_li_ss_tl?ie=UTF8&camp=1642&creative=19458&creativeASIN=0851109624&linkCode=as2&tag=etrangeetvoya-21). J’attends de l’acheter sur Logos, mais pour l’instant il n’est disponible qu’en pack (70€ la collection NT).

      Qu’as-tu aimé chez Stott? J’ai vu qu’il est souvent dans le top 5 des recommandations.

      Et Calvin, tu as utilisé la version française ou les PDF anglais gratuits en ligne? Quel est son point fort?

      • Paul Millemann

        Bonjour Stéphane

        Pour le commentaire de Stott, c’est surtout la structure de pensée qui est très claire et accessible. Il nous situe clairement dans une optique piétiste orthodoxe (et non charismatique) et donne des arguments intéressants pour mieux appréhender le texte. Il aide à voir rapidement les points essentiels de chaque passage. J’avais déjà travaillé avant avec le commentaire de Romains de Stott, aussi pour une série d’études bibliques suivies, que j’avais beaucoup apprécié, qui existait avant celui de Brad Dickson.
        Pour celui de Calvin, c’est la version française que j’ai utilisé, mais plus en complément de celui de Stott, qu’en commentaire principal.
        Après, je fais encore partie de dinosaures qui utilisent des livres version papier (MDR….).

        Bonne journée et salutations à toute l’équipe

        • Pour info Paul, j’ai récemment acheté la collection NT de The Bible Speaks Today (The Message of…). J’ai donc Stott sur les Acts! Maintenant, je dois juste chercher une occasion de m’en servir…

    • Andrew Lytle

      Salut Stéphane et merci pour le blog.
      Comme tous les commentaires de Stott, celui sur Actes (BST) est très bien. Pour une lecture assez facile et accessible à tous il y a aussi Gordon Keddie- « You are my Witnesses » (Welwyn Evangelical Press). Je peux recommander aussi David Gooding, ancien prof de grec à la fac de Belfast, qui a écrit « True to the Faith », publié par Hodder & Stoughton. Il a un petit livre sur l’épître aux Hébreux qui est également excellent. Et bien sûr, Bruce, Marshall et Calvin sont à recommandés. Je n’ai pas encore prêché du livre des Actes en français donc pour l’instant je ne connais que des commentaires en anglais.

  • guillaumebourin

    En anglais, je pense que l’un des meilleurs commentaires sur Actes est sans aucun doute celui de Darrell Bock, dans la série BECNT (voir aussi son commentaire sur Luc en 2 volumes, car Bock traite tous les livres de Luc d’un seul trait).
    Un autre ouvrage de référence est le commentaire de F.F. Bruce dans la série NICOT. Attention toutefois à certaines prises de positions libéralisantes, typiques de Bruce.
    Enfin, j’aime bien la série NAC (peut être parce que je suis un peu Baptiste du Sud maintenant!!) et le commentaire de John Pohlill est très agréable à lire. J’y ai souvent trouvé de pertinentes réflexions que je n’ai pas vue dans d’autres commentaires.

  • En français, le commentaire récent de Daniel Marguerat chez Labor et Fides (http://www.laboretfides.com/?page_id=3&product_id=200219) est de très bonne qualité. L’auteur n’est certes pas évangélique (par exemple, il ne pense pas que c’est Luc, le compagnon de Paul, qui a écrit les Actes), mais il reste respectueux du texte. De plus, il s’agit d’un des meilleurs spécialistes internationaux du monde du Nouveau Testament, et sa réflexion est souvent très enrichissante. Seul le premier volume est paru (Actes 1-12) ; le second devrait bientôt sortir.

    En anglais, le nouveau commentaire de Craig Keener (Acts: An Exegetical Commentary) va probablement devenir une référence pour de nombreuses années. Seuls 3 des 4 volumes (de plus de 1000 pages chacun !) sont sortis pour le moment. On y trouve une mine d’information ; chaque sujet important des Actes donne l’occasion d’un long excursus ; rien que l’introduction fait 638 pages ! Bon, ce n’est pas le commentaire que l’on va consulter pour préparer une prédication, mais le style reste abordable, et la technicité laisse parfois place à des réflexions stimulantes. L’auteur est évangélique, il défend la valeur historique du livre des Actes, et pense que c’est Luc, le compagnon de Paul qui a rédigé les Actes. Le lien sur Amazon : http://www.amazon.fr/Acts-Exegetical-Commentary-Introduction-1-247-ebook/dp/B00A4BQ4SW/ref=sr_1_2?ie=UTF8&qid=1415919162&sr=8-2&keywords=keener+acts Ou sous Logos : https://www.logos.com/product/32500/acts-an-exegetical-commentary

    • Merci Timothée pour ces ressources!

    • Je corrige le lien vers le 1e volume de Marguerat sur Actes: http://www.laboretfides.com/?page_id=3&category=12&product_id=200219

      • Niblanc

        Non seulement Marguerat ne croit pas que Luc soit l’auteur du Livre des Actes, mais encore il enseigne que Luc n’avait pas tout-à-fait la même théologie que Paul, lequel n’était pas d’ailleurs à ses yeux un apôtre au sens propre, mais juste un témoin (voir ci-dessous un petit extrait de son Introduction au Nouveau Testament). Dans le reste de son livre Marguerat explique que Paul n’a pas reçu directement de Dieu la doctrine de la justification, mais qu’il est arrivé tardivement et laborieusement à sa théorie.

        Et c’est pour de tels docteurs que vous faites de la pub sur toutpoursagloire ! la gloire de qui ? on se demande.

        ————————————————
        P. 144 Introduction au N. T. de Daniel Marguerat
        Alors que Paul revendique son titre (l‘apôtre et s’est battu pour en faire reconnaître l’autorité, Luc réserve le titre aux Douze et attribue à Paul le titre de témoin (exception: Ac l4.4.l4). À quoi attribuer une somme d’écarts aussi conséquente, et qui plus est sur des points cruciaux de la pensée paulinienne. Une part de la recherche en conclut que le portrait lucanien de Paul ne comporte rien de paulinien, et qu’hormis son admiration pour le grand apôtre. Luc ne peut se réclamer de lui. Mais cette conclusion ne s’impose pas. Il s’agit en effet de prendre la mesure du décalage intervenu entre l’époque de Paul (les années 50) ct le temps de Luc (les années 80); l‘auteur des Ac. à une génération de distance, appartient à un milieu qui gère l’héritage de l’apôtre. Son intention n’est pas de répéter ce qu‘a dit l‘apôtre. mais de préserver sa mémoire en faisant ressortir le rôle qu‘il joua à la naissance du christianisme”… En résumé, le portrait lucanien de Paul accuse indéniablement des écarts face à la pensée théologique de l’apôtre.

        • Doucement Niblanc. Ça fait combien de temps que vous connaissez TPSG? Pour avoir une bonne discussion dans les commentaires, il faut lire attentivement et ne pas prêter de fausses intentions.

          Relisez la discussion dans les commentaires. 1. Qui a recommandé Marguerat? 2. Qu’ai-je dit?

  • André Pardoën

    Personnellement je lis en ce moment le commentaire sur les actes de H.E Alexander (Fondateur de l’Action Biblique et des maisons de la Bible). C’est un excellent commentaire. Voici comment la Maison de la Bible en France , le présente:

     » Chacun des quatre Évangiles a son message respectif,inspiré d’en haut. Dieu a voulu que la vie de Son Fils nous soit révélée par ces tableaux si divers,mais qui se complètent admirablement. Le livre de Actes des Apôtres en est le complémetn divin. Il conduit le lecteur à comprendre quelle est la suite pratique et normale que Dieu est en droit d’attendre de tous ceux qui ont accepté le Sauveur divin révélé par les Évangiles: ils sont désormais dans le monde les témoins de ce merveilleux salut. »

  • Guy

    Salut Stéphane,
    Je suis tout à fait d’accord avec ta citation « Il vaut mieux passer beaucoup de temps seul devant la Parole de Dieu, que beaucoup de temps dans les commentaires. »
    Tout dépend aussi dans le quel cadre nous avons grandi et nos « orientations spirituelles ».
    Si j’ai besoin d’un commentaire concernant un livre je commence généralement par http://www.bibliquest.org/.
    Sur les Actes, j’aime bien ceux de F.B. Hole « Réflexions sur… Actes des Apôtres ». Une bonne approche avant d’aller plus loin.
    Ce qui me navre le plus dans bien des commentaires (de n’importe quel auteur), ce sont les critiques. Au lieu de respecter le point de vue de l’autre, même si je ne suis pas d’accord, affirmer bien souvent « J’ai raison et tu as tort ». N’oublions jamais ce verset: « …nous connaissons en partie… » 1 Corinthiens 13:9. Cela nous donnera un peu plus d’humilité. J’ai assisté à trop de débats stériles au cours desquels les esprits s’échauffaient inutilement.

  • Guy

    Oups, mon commentaire a disparu. Pas grave. A+

  • Merci Guy pour cette recommandation. Perso, j’aime quand les auteurs parlent de leurs désaccords, tant qu’ils expliquent la perspective de l’autre avant de la réfuter.

    Cette façon de procéder est la meilleure manière d’avancer dans notre propre compréhension des enjeux et de l’interprétation d’un passage.

    Ce que je ne supporte pas, c’est le commentaires qui disent que les autres sont nuls, mais n’expliquent pas pourquoi. Aucun des commentaires que je recommande n’est de ce genre.

  • Richard H.

    J’avais déjà posé (sans succès) la question : si tout chrétien doit avoir un mentor, où trouvera-t-on le super-mentor, mentor du mentor ? Le nombre de chrétiens d’une génération étant par nature fini, la mentorisation universelle sera nécessairement circulaire, à moins d’admettre l’existence d’un souverain-mentor qui ne serait lui-même soumis à aucun mentor humain, sinon à Jésus-Christ seul.

    Au fond ce n’est peut-être qu’une question de vocabulaire, que les catholiques romains ont résolu depuis longtemps :

    Un petit-mentor s’appelle un Directeur de conscience ou un Curé, un gros-mentor est un Évêque, un super-mentor un Cardinal, et le souverain-mentor s’appelle un Bergoglio.

    Sarcasme à part, pourquoi vous sentez-vous obligé d’appeler un cher frère à qui on aime aller se confier, un Mentor ? et pourquoi Moïse doit-il recevoir une leçon de leadership plutôt qu’une leçon de commandement ou de gouvernance, pour faire moderne ? Cette imitation systématique des modes américaines a quelque chose de puéril, et de peu rassurant pour l’avenir des évangéliques de France.

    • Étonnant de commencer par « Sarcasme à part… » et d’enchainer par… des sarcasmes!

  • Micaël Gelin

    Merci Matt pour cet article bienveillant et structurant. En cas d’échec de l’un ou plusieurs des points développés, nous pourrions prendre le temps de demander à Dieu « pourquoi ». Je suis souvent pressé de corriger le tire mais je prends pas assez souvent le temps de m’arrêter avec Dieu pour essayer de comprendre « pourquoi » j’agis ainsi. Pourtant c’est une étape cruciale qui m’aide à corriger le tire, vraiment et, cet fois, en profondeur. Bises, frangin.

  • Anicet ZEBI

    Merci Stéphane.