Un piège typique des disciplines spirituelles (et un mot pour pasteurs)

Je suis en train de lire Grâce infinie de Bryan Chapell. Il montre très bien le but de la lecture de la Bible, la prière et la communion fraternelle et le piège qu’il faut à tout prix éviter.

Et du coup, j’ai aussi appris quelque chose en tant que pasteur que j’aimerais vous partager. Un piège dans lequel je suis tombé.

Comment nous percevons souvent les disciplines spirituelles

C’est fréquent de mal comprendre à quoi servent la lecture de la Bible, la prière et autres disciplines spirituelles. Voici ce qu’en dit Bryan Chapell:

Ce que je crois c’est que beaucoup d’entre nous devons modifier la représentation que nous nous faisons de l’utilité des disciplines chrétiennes (la prière, la lecture de la Bible et tout ce qui a trait aux sacrements chrétiens et à la communion fraternelle). Pour beaucoup trop d’entre nous, il s’agit d’une sorte de troc spirituel: nous échangeons notre devoir et notre zèle contre la faveur et le secours de Dieu. Nous réunissons effort et discipline afin d’obtenir de sa part faveurs et bénédictions: nos efforts en contrepartie de son réconfort. — p. 91-92

J’espère que c’est clair pour nous tous qu’un tel usage des disciplines spirituelles est mal (et ne marche pas). Dieu n’attend pas qu’on lise notre Bible pour nous aimer, ni qu’on prie pour nous offrir quotidiennement sa grâce. Si nous sommes en Christ, nous avons pleinement sa faveur. Dieu nous voit avec la perfection de Christ.

Avons-nous cette représentation des disciplines?

Comment savoir quelle perception nous avons des disciplines spirituelles? Chapell mentionne une phrase qu’on entend très souvent. L’avez-vous déjà utilisée (ou une variante)?

Si nous lisons nos Bibles pour que Dieu ne se fâche pas contre nous, ou pour qu’il soit gentil avec nous, alors nous essayons implicitement d’acheter sa bonté en essayant d’être bons nous-mêmes. Certains disent même (sans réaliser à quel point c’est révélateur): “Je savais que j’allais passer une mauvaise journée: je n’ai pas passé suffisamment de temps avec Dieu ce matin.”
Ah oui? Et combien de temps aurait été suffisant, au juste? Nous pouvons parfois user des disciplines spirituelles comme d’un moyen d’insérer les pauvres centimes de notre foi dans les distributeurs automatiques des cieux… Mais cette façon de penser s’effondre quand nous nous souvenons que nos meilleures œuvres ne sont que des vêtements souillés à ses yeux (Ésaïe 64:5). Nous ne pourrons jamais glisser quelques dessous de table dans la main de Dieu afin qu’il nous bénisse!
Nos disciplines ne nous rendent pas acceptables devant Dieu sous prétexte que nous les exerçons suffisamment longtemps, suffisamment profondément, ou suffisamment régulièrement. “Suffisamment” n’est pas une mesure utilisée par le Dieu infiniment saint. — p. 92-93

La bonne compréhension des disciplines spirituelles

Certains milieux chrétiens appellent les disciplines les moyens de grâce. C’est une très belle expression et elle exprime bien mieux pourquoi Dieu nous demande de prier, lire la Bible et se réunir entre chrétiens. Chapell conclut:

Les disciplines fonctionnent dans la vie chrétienne… seulement quand nous les traitons comme une nourriture, plutôt qu’une monnaie d’échange. Nous ne pouvons jamais les utiliser comme objet de troc afin d’obtenir la grâce de Dieu. Elles sont au contraire une manne divine, une nourriture nécessaire à la croissance de notre amour pour Christ. Nous croissons dans la connaissance de son amour alors que nous:
• lisons la Bible et méditons sur cette abondance de grâce offerte dans l’ensemble des Écritures;
• sommes en communion avec le Christ dans la prière;
• pratiquons la communion fraternelle et vivons les nombreuses dimensions de la miséricorde qu’il montre envers son peuple.
En conséquence, notre amour pour lui grandit et repousse les amours de moindre importance qui nous attirent tant et nous détruisent. — p. 93

N’êtes-vous pas d’accord que “moyens de grâce” c’est une expression bien plus belle et plus adaptée à l’usage que Dieu veut pour ces disciplines?

Un piège pour pasteurs aussi

Nos Églises sont pleines de personnes qui voient les disciplines spirituelles comme un moyen de marquer des points auprès de Dieu. Dès qu’elles manquent de discipline, elles culpabilisent. Dès que ces personnes échouent dans leurs bonnes résolutions, elles se sentent loin de Dieu.

Le piège pour les responsables d’Église est de mettre l’accent sur les disciplines spirituelles, sans prendre en compte ces personnes. Pour leur bien, nous devons encourager chacun à lire la Bible, prier, etc., mais systématiquement en rappelant leur but. Nos membres sont constamment en train de retomber dans une mentalité de méritocratie. Ils ont besoin d’entendre et réentendre et entendre encore que les moyens de grâce sont justement cela: des moyens de se rappeler la grâce qui est à nous en Jésus. Ils sont un moyen de raviver quotidiennement notre amour pour notre Sauveur.

Au lieu de voir notre plan de lecture comme des cases à cocher, il devient un rappel quotidien qu’il y a tellement de bonheur en Dieu. Notre liste de prière nous rappelle que nous avons un libre accès au Dieu trois fois saint et que nous ne sommes plus livrés à nous-mêmes.

Nous avons besoin des moyens de grâce comme notre corps a besoin de nourriture. Mais ils n’augmentent jamais l’amour que Dieu a pour nous, mais plutôt l’amour qu’on a pour lui.

Et vous? Luttez-vous comme moi contre cette compréhension des disciplines? Laissez un commentaire svp.

Pasteurs encouragés

En tant que pasteur, j'ai régulièrement besoin d'encouragements. Et plus le temps passe, plus je réalise que je suis loin d'être le seul à avoir besoin d'encouragements.

Je réfléchis donc à créer un email d'encouragements pour pasteurs.
Si jamais ça t'intéresse de savoir si le projet voit le jour, inscris-toi et tu seras l'un des premiers au courant!

Zéro spam. Promis. Powered by ConvertKit

Abonne-toi à ma newsletter et ne rate aucun de mes articles

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer notre lettre d'information ainsi que des informations concernant les activités de toutpoursagloire.com. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. Consultez notre politique de confidentialité ici.
Pas de spam, promis. Powered by ConvertKit

Stéphane Kapitaniuk

Stéphane est un disciple de Jésus. Marié avec Hanna, ils sont parents du petit Noah et font partie d'une implantation d'Église à Pont de Chéruy, une ville à 30 minutes à l’Est de Lyon. Stéphane est diplômé de l’Institut biblique de Genève. Il est aussi le créateur de plusieurs formations pour le logiciel biblique Logos (dont cette mini formation gratuite).

http://stephanekapitaniuk.toutpoursagloire.com

Articles pouvant vous intéresser

PARCOURS EMAILS GRATUIT
6 jours pour approfondir ma vie de prière
close-link
Si nos ressources sont toutes gratuites, c'est grâce à toi !
JE FAIS UN DON
close-image
Les cookies assurent le bon fonctionement de notre site internet. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des coockies. Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.
close-image