3 conseils pour une pratique plus biblique du baptême

Beaucoup espèrent écrire LE livre référence sur le sujet qu’ils traitent. G.R. Beasley-Murray, lui, a réussi. Il a écrit en 1962 Baptism in the New Testament, une défense du baptême de croyants (aussi appelé credobaptisme) et ses arguments font référence encore aujourd’hui. J’ai été frappé dans sa conclusion par 3 conseils qu’il donne pour une pratique plus biblique du baptême. Je les résume dans cet article.

Son livre est moins connu en France, probablement en partie parce que la quasi totalité des églises évangéliques adhèrent déjà à ses thèses alors qu’en anglophonie où les pedobaptistes (baptiseurs de nourrissons) sont nombreux, les débats sont constants et son livre très important.

Dans sa conclusion, Beasley-Murray offre 3 conseils aux « baptistes » (tous ceux qui, comme lui, croient que le baptême de croyants est le seul vrai baptême). Il nous exhorte à pratiquer un baptême toujours plus en phase avec la révélation écrite de Dieu. 50 ans plus tard, ses 3 exhortations sont toujours aussi pertinentes, je les ai donc résumées ici:

  1. “S’efforcer de faire du baptême une partie intégrante de l’Évangile.” On doit évidemment prêcher les actes rédempteurs de Dieu en Jésus. Mais Pierre, le jour de la Pentecôte, appelle ses auditeurs, non pas à se repentir et à croire, mais à se repentir et être baptisés (Ac 2.38). “Le baptême fait partie de la proclamation du Christ.”
  2. “S’efforcer de faire du baptême une partie intégrante de la conversion.” C’est la suite logique du point précédent. “Baptême et conversion sont inséparables; l’un exige l’autre, car aucun n’est complet sans l’autre.” Beasley-Murray ne s’oppose pas à la catéchèse pour les convertis. Mais au lieu d’une préparation au baptême qui met de la distance entre la conversion et le baptême, pourquoi ne pas envisager une formation de disciple après le baptême? “L’instruction des convertis, toujours nécessaire, n’a pas besoin d’entièrement précéder le baptême; une grande partie de la formation est plus pertinente après, et dans tous les cas, la formation ne devrait jamais cesser après le baptême.”
  3. “S’efforcer de faire du baptême une partie intégrante du devenir membre de l’Église locale. “En Grande-Bretagne, du moins, notre pratique baptismale a eu tendance à obscurcir le fait que le baptême du Nouveau Testament est à la fois au Christ et au Corps.” Beasley-Murray conseille, immédiatement après un baptême, de rappeler par la sainte Cène et/ou l’imposition des mains le fait que le baptisé entre désormais dans la communauté locale des disciples de Jésus.

Toutes les citations sont tirées de G.R. Beasley-Murray, Baptism in the New Testament, pages 393–395 (qui constitue sa conclusion de la section intitulée: “Postscript: Baptismal Reform and Inter-Church Relationships”, p.387–395)

Reçois la Bible sans numérotation de versets et chapitres!

Disciplines spirituelles light

Un cadeau créé par l'équipe TPSG avec la traduction Segond 1910!

Zéro spam. Promis! Powered by ConvertKit

Stéphane Kapitaniuk

Disciple de Jésus. Mari de Hanna. Papa de Noah et de 3 enfants repris dans le ventre de leur maman. Stéphane est le pasteur principal d'une implantation d'Église à Pont de Chéruy à 15 minutes de l'aéroport de Lyon St-Exupéry. Stéphane est diplômé de l’Institut biblique de Genève. Avec Hanna, il a fondé ChezCarpus.com, une librairie chrétienne de livres d'occasion. Il aussi créé plusieurs formations pour le logiciel biblique Logos (dont cette mini formation gratuite).Découvrez ici les articles qu'il vient de publier sur son blog.

https://stephanekapitaniuk.toutpoursagloire.com

Articles pouvant vous intéresser

12 thoughts on “3 conseils pour une pratique plus biblique du baptême

  1. Bonjour Stéphane,

    Pour cette phrase-ci :

    – Mais Pierre le jour de la Pentecôte appelle ses auditeurs, non pas à se repentir et à croire, mais à se repentir et être baptisés –

    Une chose que je n’ai pas bien comprise : est-ce que tu sous-entends que ‘tout le monde croit forcement’ ? Pourrait-on se repentir sans croire ? Le premier point est celui-ci. Je te cite :

    On doit évidemment prêcher les actes rédempteurs de Dieu en Jésus.

    Et car on a entendu parler des actes rédempteurs de Dieu en Jésus, alors on ‘change de croyance’ (on se repenti) La repentance étant en elle-même croire. La prédication, l’enseignement ayant été entendu (compris) avant de se repentir. Pour mourir avec Christ et ressusciter avec lui, ce qu’est le baptême, avec entendu l’enseignement de la mort (de la victoire sur la mort) et de la résurrection de Christ. Et donc croire à la résurrection, et croire avoir besoin d’un pardon, et que ce pardon est donné par la mort propitiatoire de Christ.

    Pour ceci : “L’instruction des convertis, toujours nécessaire, n’a pas besoin
    d’entièrement précéder le baptême; beaucoup de la formation est plus
    pertinente après, et dans tous les cas, la formation ne devrait jamais cesser après le baptême.”

    Que souhaiterais-tu enseigner de plus que ‘la mort propitiatoire de Christ et la résurrection ? C’est la prédication/proclamation, c’est l’instruction des apôtres, la tradition apostolique en elle-même : Jésus est le Messie. Et ce Messie a dû mourir pour ‘annuler la condamnation’ etc, etc.

    Et donc après avoir entendu la prédication, (l’enseignement), après s’être repenti (après avoir changé de croyance), après avoir ‘connu’ que Dieu sauve, par Jésus-Christ, alors …

    (Je ne connais pas bien l’histoire, mais le protestantisme et ses dérivés annoncent tous ‘la Bible fait foi’ et non pas l’histoire. Les enseignements apostoliques font foi et non pas les ‘commentaires post-apostoliques’. Et je suis toujours surprise de voir à quel point ‘les auteurs chrétiens’ peuvent parfois servir de ‘référence’ plus que les apôtres eux-mêmes, dans le protestantisme et ses dérivés. En ‘oubliant’ tout ce qui a pu être dit sur le baptême et en se basant uniquement sur la Bible, (sans reprendre la fin de l’évangile Marc, sans reprendre la phrase existante ou non à l’origine sur l’eunuque Éthiopien, et sans reprendre le passage qui a de multiples traductions : ‘le baptême est une demande et, ou, non pas, un engagement, et, ou, non pas, un témoignage, et, ou, non pas, une réponse, etc, )c’est à dire, sans reprendre les passages ‘incertains’ sous la plume des apôtres, en oubliant dans l’histoire, les ‘divergences’, on arrivera jamais à baptiser un nourrisson … bien qu’en recherchant dans l’histoire, et en creusant toutes les ‘facettes’, aussi de l’obligation d’être chrétien, de ne pas être instruit, de l’instauration de ‘rite’, etc, etc, Aussi, nous avons la Bible pour guide, et si nous devons avoir un livre ‘annexe’, c’est justement pour expliquer la suite de ‘^préceptes’ et autres considérations qui dans l’histoire ont amenés soudain à baptiser les nourrissons. (Entre parenthèse, as-tu connaissance d’un tel livre ? Qui partirait des écrits des premiers chrétiens, par exemple la didachè, qui explique comment l’aspersion a été ‘inventée’ pour les temps de sécheresse, par manque crucial d’eau … mais souvent ‘nous ne le savons pas’, ni ceux qui baptise les bébés ni ‘les autres’ ! Le protestantisme ayant aussi dans l’histoire ‘promu’ l’instruction pour tous, l’accès aux connaissances pour tous … ce que Jésus disait : je vous appelle mes amis car je vous ai fait connaitre tout ce que j’ai appris de mon père. Plus nous auront d’informations, et à partir de sources différentes, plus nous pourrons ne pas nous ‘enliser’ dans un ‘précepte’ sans fondement autre que : nous avons toujours fait ainsi. Ou pire, nous faisons ainsi pour ne pas faire comme ‘les autres’. Que disent par exemple, les sources très anciennes et ‘non-occidentales’ ?

    Sois béni
    Bereenne

    1. Salut Béréenne,

      Je fais ici un résumé, alors j’ai certainement été un peu bref. Mais l’auteur voulait dire que le baptême et la repentance ne devraient pas être séparé. Son but n’est pas de dire que repentance et croyance sont dissociés, mais que dans Actes 2, Pierre associe repentance AVEC le baptême. D’où l’intitulé de mon point 1: “S’efforcer à faire du baptême une partie intégrante de l’Évangile.”

      1. Oui, Je pensais un peu ! 🙂 Aussi, les ,,, croyants, les croyants oui, ceux qui sont convaincus de ce qu’ils annoncent, même si parfois, pensent un peu différemment que d’autres croyants, croient .,. bien qu’annoncer ‘la bible fait foi’ a été passablement galvaudé depuis 2000 ans, les premiers chrétiens étant souvent plus protestants que ‘nous’. Annoncer ‘solo scrpitura’ a besoin de beaucoup de cohérence, Soyez tous bénis et encouragés dans ‘vos’ écoles.respectives.

  2. Peps Cafe dit :

    Bonjour !

    Le bon Combat s’est interrogé à ce sujet : « Quand baptiser les « nouveaux convertis » ? Ou comment respecter « le bon ordre » : « sûrs », puis « matures »….A lire ici : http://leboncombat.fr/quand-devrions-nous-baptiser-les-nouveaux-convertis/

    En Christ,
    Pep’s

    1. kitkat dit :

      Bonjour, j’ai du mal à comprendre l’expression « baptiser les nouveaux convertis ».Quand on se base sur la Bible uniquement, et notamment sur le lire des Actes, on voit que la conversion se faisait par le biais du bapteme. Sans le repentance, puis sans le bapteme, on ne peut etre avoir la remission de nos péchés, ni recevoir le st-esprit selon Actes2:38. Relisez Actes 2:47, c’est Dieu lui meme qui ajoute à l’eglise la personne baptisee.
      De plus, toutes les conversions dans le livre des actes sont associees au bapteme d’adultes consentants, et fait de manière libre. Comment peut-on dire qu’on s’ efforce quand c’est une des étapes du salut (Marc 16:16), avec la foi, la confession, la repentance (Actes 2:38), et le fait de rester fidèle?
      Bonne journée.

      1. Peps Cafe dit :

        Bonjour et merci de vos interventions !

        Justement, il ne faut pas se limitier au seul livre des Actes, mais lire tout le NT.
        Dans Actes 2v47, puisque vous le citez, c’est Dieu qui ajoute à l’Eglise « ceux qui étaient sauvés ». Nuance.
        Ce n’est pas le baptème qui nous sauve. C’est la grâce de Dieu, via l’oeuvre de Christ (cf Rom., Eph 2, Tite, et cf1 Pie 3v21….). L’on peut être baptisé et pas né de nouveau/converti/sauvé. Et l’on peut être converti, sauvé, né de nouveau, et pas baptisé. En revanche, le baptème est la démarche logique, suivant la conversion, pour manifester publiquement ce que Dieu a fait. C’est un acte d’obéissance. Mais on ne se fait pas baptiser pour être sauvé ou pour avoir la foi, mais parce qu’on est sauvé, converti et parce que l’on a la foi.
        Fraternellement,
        Pep’s

        1. kitkat dit :

          que pensez-vous de Marc 16:15-16? Galates 3:26-27?
          Romains 6:4-6?
          Je n’ai pas dit qu’on est sauvé pour avoir la foi mais la foi seule ne suffit pas. Nous sommes en effet sauvés par grâce.
          Le baptême fait partie intégrante du plan du salut, au regard de ces passages !

          1. Peps Cafe dit :

            Bonjour !

            Avec plaisir !

            Effectivement, « la foi seule » ne suffit pas : l’important est l’objet, soit la grâce qui nous sauve, et que l’on obtient, par le moyen de la foi(Eph.2v8)qui s’oppose au voir, et sans laquelle on ne saurait plaire à Dieu cf Hébr.11.

            Marc 16v16 est intéressant : il dit que « Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais (que)celui qui ne croira pas(je souligne) sera condamné ».

            Galates 3v26-27 : « vous êtes tous fils de Dieu par la foi en Jésus Christ, vous tous, qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ ».
            Dans ce passage-là, il est aussi fait question de la foi(en Jésus-Christ)

            Rom.6v4 et ss : « Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. »

            Est-ce le baptème d’eau qui fait cela(nous fait naître de nouveau), ou l’oeuvre de l’Esprit ? La question de ce baptème initiale se pose : s’agit-il du baptème d’eau ou du baptème initial de l’Esprit, « pour former un seul corps, soit Juifs, soit Grecs, soit esclaves, soit libres », celui dont nous avons tous été abreuvés »(1 Cor.12v13 – un verset qui répond à celui d’Actes 2v47 : les croyants ont été ajoutés au corps, dès qu’ils ont cru)

            cf Tite 3v4-7 : « Mais, lorsque la bonté de Dieu notre Sauveur et son amour pour les hommes ont été manifestés,il nous a sauvés, non à cause des oeuvres de justice que nous aurions faites, mais selon sa miséricorde, par le baptême de la régénération et le renouvellement du Saint Esprit,qu’il a répandu sur nous avec abondance par Jésus Christ notre Sauveur, afin que, justifiés par sa grâce, nous devenions, en espérance, héritiers de la vie éternelle ».
            Ceci dit, se faire baptiser est une démarche logique, nécessaire, une fois que l’on a cru et reçu l’Esprit, pour manifester de façon visible ce que Dieu a fait par l’Esprit.
            Bien à vous et bonne continuation dans vos réflexions.

          2. Peps Cafe dit :

            Sur la foi, il y a encore ces autres passages, au cas où :

            « En lui vous aussi, après avoir entendu la parole de la vérité, l’Évangile de votre salut, en lui vous avez cru et vous avez été scellés du Saint Esprit qui avait été promis, lequel est un gage de notre héritage, pour la rédemption de ceux que Dieu s’est acquis, à la louange de sa gloire »(Eph.1v13-14).

            « Est-ce par les oeuvres de la loi que vous avez reçu l’Esprit, ou par la prédication de la foi ?(…)Celui qui vous accorde l’Esprit, et qui opère des miracles parmi vous, le fait-il donc par les oeuvres de la loi, ou par la prédication de la foi ? » (Gal.3v2-5)

            J’espère que cela sera utile. Je ne sais pas aussi si l’article de Guillaume Bourin, sur « Le Bon Combat », vous a apporté quelque chose : il dit en gros que le baptème est le signe que l’on est « sûr ». Le signe « que les nouveaux convertis(…)sont surs de leur désir de suivre Jésus. Le signe de la maturité est le fruit de l’Esprit[qui est dans le « nouveau converti », qui le fait naître de nouveau cf passages plus haut et cf Rom.8v9], qui va se développer avec le temps. » (http://leboncombat.fr/quand-devrions-nous-baptiser-les-nouveaux-convertis/ ).

            Que le Seigneur vous bénisse !

            En Christ,

            Pep’s

          3. kitkat dit :

            Bonjour,
            Merci de votre réponse. Je me pose une quesion: que pensez-vous d’Ephesiens 4 verset 5 qui nous dit: « Il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul bapteme ». La Bible se contredit-elle?

      2. Bonjour Kitkat,

        Merci pour votre question. J’étais en vacances cette semaine, mais je vois que Peps a bien répondu. J’espère que c’est plus clair. Le baptême est la suite logique de la foi (d’où le propos de Beasley-Murray).

    2. Oui, merci Peps. Je connaissais l’article. Mais effectivement, c’est un « Pour aller plus loin » intéressant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les cookies assurent le bon fonctionement de notre site internet. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.
close-image