Tim Keller et John Piper parlent de C.S. Lewis

J’ai une grande estime pour John Piper et Tim Keller et C.S. Lewis. Alors d’apprendre que Piper et Keller se sont rencontrés pour discuter de la profonde influence de Lewis sur le vie et leur ministère, j’ai été accroché. Les quatre vidéos sont en anglais, mais j’ai fait des résumés de mon écoute avant chaque clip. Piper mène l’interview et Keller donne la plupart des réponses. En fin d’article, je recommande d’autres ressources sur Lewis.

l’influence de C.S. Lewis dans leur vie

Keller explique comment il décrit Lewis à quelqu’un à New York qui n’en a jamais entendu parler. Lewis était un expert mondial sur la littérature anglaise. Son introduction à la littérature du 16e siècle est encore incontournable. En parallèle de cela, il était un chrétien qui expliquait le christianisme de façon remarquable et qui encore aujourd’hui n’a pas perdu sa pertinence.

Keller raconte comment il a été introduit aux livres de Lewis. C’est Kathy, sa copine de l’époque (qui devient plus tard sa femme), qui l’a fait comprendre qu’il devait lire du Lewis, s’il comptait commencer une relation avec elle. Elle s’est converti en lisant les Chroniques de Narnia.

Lewis était professeur dans les deux plus grandes universités du monde. De là, il a pu anticiper le post-modernisme (cf. L’abolition de l’homme). Son regard sur la culture était tout simplement incroyablement pertinent. C’était aussi un penseur capable de communiquer de façon très imagée. Keller explique aussi comment Lewis a influencé sa façon de répondre aux questions sous-entendues derrière la question posée. Lewis est un de ceux qui l’a aidé à voir, par exemple, que la technologie est une idole moderne.

 

Quand les opposés se rencontrent

Piper témoigne qu’il a toujours été attiré par les penseurs qui combinent ce qui est habituellement considéré comme contradictoire: C.S. Lewis est un exemple, un biographe l’appelle le Logicien-romantique. Comment se fait-il qu’il a été ce genre d’homme capable d’être si rigoureux et si sensible artistiquement? Keller ne sait pas comment répondre, mais suppose que c’est l’éducation de Lewis qui est en grande partie responsable. Son éducation l’obligea d’avoir une raison pour tout. Il y a un super chapitre dans Surpris par la joie sur sa première rencontre avec son tuteur qui est super exigeant. Ce Lewis là était rationnel, mais il était aussi un poète.

Comment faire pour créer de tels personnes encore aujourd’hui? Il faudrait que nos prédications combinent un langage très illustré et très logique. Comment Keller a-t-il fait pour aimer d’un côté Lewis et de l’autre côté certains des grands théologiens réformés et les puritains? Il a d’abord développé un amour pour Lewis, et a ensuite été convaincu par la beauté de la systématique de la théologie calviniste. Les deux amours peuvent sembler contradictoires, puisque Lewis n’aimait pas le calvinisme et les puritains, bien qu’il respectait ces derniers, mais ils ont grandi sans étouffer l’autre.

 

Aurions-nous été amis?

Dur de répondre à cette question. Il était très intimidant de par sa logique. Il pouvait être considéré brutal à cause de son argumentation implacable. Mais ce n’était pas un légaliste. Il était très généreux avec les gens. Il avait tendance à voir le meilleur dans les gens (tout le contraire de Tolkien, son ami).

En même temps, Keller et Piper soulignent combien Lewis  avoir une théologie douteux sur certains points. Lewis en particulier disait que George Macdonald avait été l’homme a influencer chaque page de ses écrits. Keller fait remarquer que Macdonald n’était probablement même pas un arminien, mais plutôt un pélagien. Il avait une compréhension très non-biblique de l’œuvre de Jésus à la croix.

 

Livres préférés de Keller chez Lewis et pourquoi le lire

Quoi lire chez Lewis? Tout vaut la peine d’être lu. Keller recommande ses petits essais. Il y a de nombreuses perles dans ses écrits moins connus. Jonathan Edwards était le roi de l’image, alors que Lewis est le roi de l’illustration de vérités chrétiennes. C’est important de savoir faire ça en tant que chrétien et en tant que prédicateur.

Où commencer chez Lewis? Keller propose l’échantillon suivant: Les fondements du christianisme, Tactique du diable, Le grand divorce, Les chroniques de Narnia, L’abolition de l’homme. C’est un bon mélange pour voir la palette des styles et des genres que Lewis maniaient.

 

Pour aller plus loin:

Stéphane Kapitaniuk

Disciple de Jésus. Mari de Hanna. Papa de Noah et de 3 enfants repris dans le ventre de leur maman. Stéphane est le pasteur principal d'une implantation d'Église à Pont de Chéruy à 15 minutes de l'aéroport de Lyon St-Exupéry. Stéphane est diplômé de l’Institut biblique de Genève. Avec Hanna, il a fondé ChezCarpus.com, une librairie chrétienne de livres d'occasion. Il aussi créé plusieurs formations pour le logiciel biblique Logos (dont cette mini formation gratuite). Découvrez ici les articles qu'il vient de publier sur son blog.

https://stephanekapitaniuk.toutpoursagloire.com

Articles pouvant vous intéresser

Les cookies assurent le bon fonctionement de notre site internet. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.
close-image